Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 décembre 2014 1 08 /12 /décembre /2014 18:53

Thierry Lepaon promet « toute la transparence »

Photo : Patrick Nussbaum

Thierry Lepaon a été élu au congrès de mars 2013 pour un mandat de trois ans, qui doit le mener jusqu’au congrès de 2016
L’exécutif de la confédération doit décider demain si elle réunit ses responsables départementaux 
et fédéraux pour aborder « la situation vécue par la CGT » et par son secrétaire général.

Pas question de céder à la pression médiatique. La réunion, vendredi, du bureau confédéral de la CGT ne s’est soldée ni par la convocation extraordinaire d’un comité confédéral national (CCN) – l’instance de direction du syndicat entre deux congrès qui, seule, peut décider d’un changement à la tête de la centrale –, ni par l’annonce d’une démission de Thierry Lepaon, comme certains médias l’avaient pronostiquée imprudemment. Ce dernier a été élu au congrès de mars 2013 pour un mandat de trois ans, qui doit le mener jusqu’au congrès de 2016. Un communiqué a d’ailleurs fait savoir que, « contrairement à ce qui circule dans certains médias, aucun membre du bureau confédéral (l’instance de direction la plus resserrée, qui compte dix membres, dont son secrétaire général – NDLR) n’a demandé la démission de Thierry Lepaon ».

En revanche, « toutes les questions soulevées par la situation vécue par la CGT » ont été débattues, et le bureau a annoncé qu’il proposera à la commission exécutive confédérale (CE), qui doit se tenir demain – l’exécutif de la CGT, composé de 56 membres –, « la tenue, avant le 16 décembre, d’une réunion des secrétaires généraux des organisations (les unions départementales et les 35 fédérations professionnelles de la CGT – NDLR) pour permettre le débat le plus large dans la CGT », promettant que « la transparence complète sera donnée sur l’ensemble des sujets ». Ceux-ci concernent notamment les 105 000 euros engagés par le syndicat (et non 130 000, comme avancé par le Canard enchaîné le 29 octobre) pour la rénovation de l’appartement de fonction loué par la CGT que Thierry Lepaon occupe à Vincennes (Val-de-Marne), et les 62 000 euros pour celle de son bureau au siège de la CGT, à Montreuil (Seine-Saint-Denis). Mais aussi les conditions financières, mises en cause par la presse, de son départ de l’union régionale de Basse-Normandie pour le secrétariat général de la CGT.

Demande d’explications 
et de débats

La proposition de réunir les responsables des organisations de base de la CGT montre que le courrier envoyé par Thierry Lepaon à l’ensemble des adhérents, le 4 novembre, n’a pas suffi à combler la demande d’explications et de débats de la part des syndicalistes, dont certains se disent troublés ou heurtés par les révélations lues dans la presse, laquelle n’a pas épargné la CGT et son premier responsable ces dernières semaines.

Des responsables d’unions départementales déplorent ainsi « la perte de militants » et évoquent « de vraies interrogations sur les questions de principe », témoigne à l’Humanité l’un d’entre eux, qui fait état de « motions qui partent de différentes unions locales » pour réclamer la réunion extraordinaire des instances de la centrale et mettent en cause les « pratiques de la confédération ». Le délégué CGT de PSA et militant de Lutte ouvrière Jean-Pierre Mercier, allant jusqu’à demander le départ de Thierry Lepaon. Des réactions loin d’être unanimes, cependant, d’autres, à l’instar de ce délégué syndical d’un autre groupe automobile, appelant à se garder d’« attaques démesurées ». « S’il y a eu faute de nos instances, elle est collective. Tout le monde doit se remettre en question », estime-t-il, ajoutant : « Ma plus grande déception, c’est d’avoir voté Hollande, pas d’avoir voté Lepaon au congrès de la CGT… »

La CE convoquée demain aura la lourde tâche de proposer une sortie par le haut de cet épisode, en évitant de nouvelles divisions, alors que la CGT s’était à peine remise d’un difficile passage de témoin à sa tête, en 2013. Parmi les éléments à sa disposition, la CE « entendra le rapport d’étape de la commission financière de contrôle », et le bureau confédéral lui « fera des propositions pour améliorer les procédures financières dans la CGT ». Les 4 et 5 novembre, le CCN avait en effet mandaté la commission financière pour « faire toute la lumière sur le dysfonctionnement » ayant conduit à engager de coûteuses rénovations « sans débat et sans décision collective ».

Reste qu’il est impossible de savoir à l’avance ce qui sortira de la réunion de la CE. D’autant qu’elle n’est pas seule à avoir les cartes en main : si elle peut valider la proposition du bureau de réunir les responsables des unions départementales et des fédérations, le CCN peut aussi se réunir de plein droit « à la demande du tiers de ses membres sur un ordre du jour précis », comme le stipulent les statuts de la CGT.

Source humanite.fr

 

veillee-d-armes.jpg

Source leparisien.fr

Partager cet article

Repost 0
Published by Cyril LAZARO - dans cgt
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Cyril LAZARO
  • Le blog de Cyril LAZARO
  • : Le blog d'un militant syndicaliste en lutte pour plus de justice sociale à Disneyland Paris. Réflexions, revendications, humour et amitiés
  • Contact

Carte visiteurs blog

Recherche

Nombre de visiteurs

Nombre de pages vues