Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
31 janvier 2013 4 31 /01 /janvier /2013 21:53

Les «carnets» du Parti populaire accablent Rajoy

Mariano Rajoy, le 12 octobre à Madrid.
Mariano Rajoy, le 12 octobre à Madrid.

Ces documents publiés par la presse font apparaître des rémunérations occultes.

Après les témoignages, les preuves écrites. La publication, jeudi, par le journal El País des cahiers de deux anciens trésoriers du Parti populaire (PP) provoque un tremblement de terre au sein de la droite espagnole. Pis, elle ac­cable le président du gouvernement, Mariano Rajoy. Car dans des carnets manuscrits, Luis Bárcenas et Álvaro Lapuerta auraient tenu, selon les informations du quotidien, une comptabilité dans l'ombre. Et les comptes occultes font apparaître des rémunérations non déclarées, régulières et importantes, versées aux principaux dirigeants du PP, notamment à Rajoy.

Ce dernier aurait ainsi perçu 25.200 euros annuels entre 1997 et 2008. Les «papiers de Bárcenas», comme a immédiatement été surnommée l'affaire, semblent accréditer la thèse qu'avait déjà étayée le journal El Mundo sur la foi de témoignages. Pendant vingt ans, le PP aurait versé à sa direction des «compléments de salaire» payés en liquide, dans des enveloppes qui échappaient au contrôle du Trésor public.

Silence assourdissant du président du gouvernement

Le PP a nié ces informations. Sa secrétaire générale, María Dolores de Cospedal, elle-même citée par El País comme bénéficiaire des «compléments de salaire», a improvisé une conférence de presse jeudi. «Le PP a toujours respecté la législation en vigueur» et sa comptabilité est «unique, claire, transparente et propre», a déclaré Cospedal. Cette dernière explique les accusations par «une volonté de nuire au PP et au président du gouvernement, au moment où le pays commence à sortir de la crise». Une coïncidence «surprenante» selon la numéro 2 du parti, qui n'a pas détaillé les motifs de ses soupçons. Cospedal a préféré annoncer des actions en justice contre les médias qui diffuseraient ces informations.

Cette négation en bloc du PP souffre toutefois de quelques fissures. Premier exemple: dans les cahiers publiés par El País, Bárcenas avait noté un prêt de 5 millions de pesetas (30.000 euros) accordé à Pío García Escudero et remboursé en cinq versements. Ce lundi, García Escudero, aujourd'hui président du Sénat, a «reconnu» l'opération. «On peut faire dire beaucoup de choses à des papiers, des vérités et des mensonges», a justifié Cospedal. Le PP tente de faire valoir la possibilité d'une «manipulation» de documents au départ authentiques. Une graphologue consultée par la chaîne Telecinco a certifié en tout cas que l'écriture des cahiers correspondait à celle de Bárcenas. Ce dernier est aujourd'hui en délicatesse avec ses anciens compagnons de parti, qui l'ont licencié en 2010 lors de son inculpation pour corruption. Acculé par la justice, l'ex-trésorier contre-attaque. Mercredi soir, son avocat a démontré que Bárcenas avait bénéficié de l'amnistie fiscale votée par le PP pour régulariser une partie des 20 millions d'euros qu'il gardait sur un compte en Suisse. Ce qui discrédite une mesure polémique du gouvernement Rajoy.

Au milieu du scandale, le silence de Rajoy est assourdissant. Le chef de l'opposition, le socialiste Alfredo Pérez Rubalcaba, a exigé de savoir «si oui ou non, il avait été payé au noir».

Source lefigaro.fr

Partager cet article

Repost 0
Published by Cyril LAZARO - dans politique générale
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Cyril LAZARO
  • Le blog de Cyril LAZARO
  • : Le blog d'un militant syndicaliste en lutte pour plus de justice sociale à Disneyland Paris. Réflexions, revendications, humour et amitiés
  • Contact

Carte visiteurs blog

Recherche

Nombre de visiteurs

Nombre de pages vues