Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 janvier 2013 6 12 /01 /janvier /2013 09:10

Seine-et-Marne : le département touche le pactole grâce à Disney

En rachetant ses parcs d’attractions et cinq hôtels à ses créanciers, Euro Disney a permis au conseil général de toucher 38,7 M€ de taxes.

 La Walt Disney Company, principale actionnaire, a octroyé un prêt de 1,32 Md€ à Euro Disney pour racheter la dette qu’elle avait auprès de 65 banques.

La Walt Disney Company, principale actionnaire, a octroyé un prêt de 1,32 Md€ à Euro Disney pour racheter la dette qu’elle avait auprès de 65 banques.

L’année 2012 s’est terminée « de façon inédite » pour les finances du département. Dans le document qui fait état de ses orientations budgétaires pour 2013, le conseil général se félicite d’une rentrée surprise de droits de mutation encaissés au cours du dernier trimestre 2012 d’un montant de 38,7 M€. Soit près de 29 € par habitant. Ce joli pactole provient d’achats effectués par des sociétés du groupe Euro Disney SCA au mois de septembre. Elles sont devenues propriétaires des deux parcs d’attractions qui composent Disneyland Paris ainsi que des cinq hôtels du site pour la bagatelle de 1 Md€. Les taxes sur ces transactions financières permettent de réduire l’endettement lourd du département.

Le parc n’a pas fait de profit depuis 2001

Les finances du parc Disneyland Paris ont été chamboulées il y a quelques mois. La Walt Disney Company, principal actionnaire d’Euro Disney SCA, lui a octroyé un prêt d’1,32 Md€. Cela a permis au groupe de racheter la dette qu’elle avait contractée auprès de 65 banques différentes. « Nous en avons profité pour activer notre option de rachat afin de repartir sur des bases plus saines », explique la direction. Autrement dit, Euro Disney SCA s’est réapproprié les deux parcs d’attractions et les hôtels dont ses créanciers étaient jusque-là propriétaires. « Cela va nous permettre d’améliorer notre rentabilité », assure-t-on au royaume de Mickey. N’avoir qu’un seul créancier, qui plus est partageant des intérêts communs, permettra à la direction d’investir plus facilement, d’avoir les mains libres. Et le parc en a bien besoin : il n’a pas fait de profit depuis 2001.

Le conseil général peut réduire son endettement

Le département a donc touché 38,7 M€ de taxes sur cette transaction d’un montant exact de 996048118 €. « C’est une recette exceptionnelle, confie Didier Turba, vice-président PS du conseil général chargé des finances et de l’évaluation des politiques publiques. Il n’est jamais rien arrivé de comparable en Seine-et-Marne. » Il a été décidé d’allouer cette somme au désendettement.Concrètement, les 38,7 M€ permettent de financer des dépenses d’équipement qui auraient nécessité un nouvel emprunt. Une affectation du pactole contesté par des élus d’opposition (lire ci-contre).

Cette manne inattendue est un sérieux coup de pouce pour les financiers du département qui espère par ailleurs réduire de 22 M€ sa dette d’ici à la fin de l’année, en passant de 908 M€ à environ 880 M€. Cette dette est particulièrement élevée en Seine-et-Marne à la suite de lourds investissements faits dans les années 1990, lorsque la population a fortement augmenté. Elle équivaut aujourd’hui à 686 € par habitant, contre une moyenne de 475 € pour les départements de la même catégorie. « Diminuer la dette va nous permettre d’investir plus, estime Didier Turba. Nous aurons de fait moins à rembourser chaque année. »

Source leparisien.fr

 

« Cette somme devrait servir à investir plus »

Arnaud de Belenet, conseiller général et maire UMP de Bailly-Romainvilliers

La façon dont le département a utilisé ces 38,7 M€ n’est pas du goût de tous. Arnaud de Belenet, maire UMP de Bailly-Romainvilliers et conseiller général du groupe d’opposition de droite USM, a bondi lorsqu’il a appris que ce pactole était consacré à la réduction de la dette. « Cette somme devrait servir à investir plus, estime-t-il. Le département ne lance pas assez de projets. »

Le maire de cette commune voisine du parc d’attractions estime que les millions engrangés auraient pu servir à « préfigurer la pénétrante nord du Val-d’Europe », où se situe Disneyland Paris. Par exemple, en construisant les routes de contournement des bourgs de Chalifert et Jablines. Des milliers de véhicules y passent chaque jour pour rallier l’aéroport Charles-de-Gaulle depuis le Val-d’Europe. « Il y a de plus grandes priorités pour l’instant », rétorque-t-on au conseil général.

« Les millions engrangés grâce à Disney ont aussi servi à combler le déficit de fonctionnement du conseil général, appuie Arnaud de Belenet. C’est bien de réduire la dette, mais on peut aussi le faire en limitant les dépenses de fonctionnement, qui augmentent d’année en année. » Ce à quoi Didier Turba, vice-président du conseil général chargé des finances, rétorque que « le budget a été bouclé en bonne et due forme ».

Source leparisien.fr

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Cyril LAZARO
  • Le blog de Cyril LAZARO
  • : Le blog d'un militant syndicaliste en lutte pour plus de justice sociale à Disneyland Paris. Réflexions, revendications, humour et amitiés
  • Contact

Carte visiteurs blog

Recherche

Nombre de visiteurs

Nombre de pages vues