Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 novembre 2013 1 04 /11 /novembre /2013 22:09

Walt Disney : Chez Disney, les inquiétudes ne doivent pas masquer le potentiel

THE WALL STREET JOURNAL

NEW YORK (Dow Jones)--Le Royaume de Disney semble beaucoup moins magique depuis quelques mois. Les actions des grands groupes de médias et de divertissement ont bondi l'an dernier alors que la puissance de feu des propriétaires de contenus semble indiscutable aux yeux des investisseurs. Tous les titres du secteur se traitent à des niveaux proches de leurs plus hauts sur un an. Disney ne fait pas exception. Mais le titre a sous-performé ses concurrents en progressant de 40% sur l'année écoulée contre des hausses respectives de 61% pour 21st Century Fox, 62% pour Viacom ou 83% pour CBS.

L'enthousiasme des investisseurs a été notamment tempéré par des inquiétudes liées au lancement en août de Fox Sports One, une concurrente de la chaîne sportive de Disney, ESPN, aux investissements dans les parcs d'attraction et à la faiblesse du rendement des fonds propres du géant du divertissement. L'annonce par Disney d'une charge de dépréciation de 190 millions de dollars sur la franchise "The Lone Ranger", au sein des comptes trimestriels qui seront dévoilés le 7 novembre, n'a pas arrangé les choses.

Des inquiétudes à relativiser

Mais le tableau est beaucoup moins sombre qu'il y paraît. Les remous autour du joyau ESPN sont exagérés alors que la chaîne sportive a récemment conclu un accord de long terme pour continuer à être diffusée par huit de ses dix plus grands distributeurs. Les commissions perçues auprès de ces câblo-opérateurs, qui représentent 70% des recettes d'ESPN et 20% des revenus de Disney, ne seront ainsi guère affectées par l'arrivée de Fox Sports 1, selon une récente étude du courtier Sanford Bernstein.

Le montant important des dépenses consacrées au développement des parcs d'attraction a également rendu les investisseurs nerveux sur la capacité du groupe à rentabiliser ses investissements. La phase d'investissement dans les parcs américains touche certes à sa fin mais Disney continue de travailler sur le développement de son parc de Hong Kong et sur la construction d'un nouveau parc à thèmes à Shangaï. Si cette stratégie pèse sur les comptes actuellement, elle pourrait avoir des retombées positives dans un proche avenir.

Selon le courtier Bernstein les revenus des parcs d'attraction de Disney devraient augmenter de 9,1% par an jusqu'à 2016 alors que leur résultat opérationnel devrait pour sa part croître annuellement de 16,1% sur la même période. Sans les nouveaux investissements, la croissance de ces deux indicateurs s'inscrirait respectivement à 4,4% et 10,3%.

Des multiples de valorisation plus attrayants

Ces inquiétudes traduisent en fait un problème plus profond chez Disney, celui concernant le rendement des fonds propres. Le groupe ne s'est notamment jamais fixé des objectifs aussi importants que ceux de ses rivaux en matière de rachats d'actions. Cette stratégie a permis à Disney d'utiliser abondamment de la trésorerie pour investir dans ses activités ou effectuer des acquisitions comme celles de l'éditeur et fabricant de jouets Marvel Entertainment ou des studios Lucasfilm.

Mais Disney a récemment donné certains gages aux investisseurs en annonçant en septembre que le groupe rachéterait entre 6 et 8 milliards de ses propres actions sur l'exercice fiscal 2014, contre 4 milliards de dollars en 2013. Disney devrait être en mesure de financer ces rachats avec la croissance robuste de ses flux de trésorerie alors que ses investissements ralentissent. Le courtier MoffettNathanson prévoit que Disney dégagera un flux de trésorerie disponible en croissance de 13% en 2014, à 6,5 milliards de dollars, et en hausse de 15% en 2015, à 7,2 milliards de dollars.

Dans ce cas, l'action Disney pourrait alors apparaître encore meilleur marché qu'actuellement sur la base du ratio entre la valeur d'entreprise et l'excédent brut d'exploitation. Ceci alors que le titre offre déjà une décote par rapport à ceux de ses concurrents avec un ratio de 10,1 contre respectivement 10,3 et 10,5 pour Viacom et CBS.

Tout cela montre que Disney conserve sans doute du potentiel pour les investisseurs qui savent attendre.

-Myriam Gottfried, THE WALL STREET JOURNAL

(Version française Jérôme Batteau)

Source bourse.lesechos.fr

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Cyril LAZARO
  • Le blog de Cyril LAZARO
  • : Le blog d'un militant syndicaliste en lutte pour plus de justice sociale à Disneyland Paris. Réflexions, revendications, humour et amitiés
  • Contact

Carte visiteurs blog

Recherche

Nombre de visiteurs

Nombre de pages vues