Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 juin 2014 7 01 /06 /juin /2014 00:26

Le sondage sur les européennes qui alerte les syndicats

C'est une enquête en forme de cri d'alarme pour les syndicats. Selon un sondage de l'IFOP, réalisé le 25 mai auprès d'un échantillon de 3 373 personnes, et publié par L'Humanité du 28 mai, le vote en faveur du Front national aux élections européennes a gagné du terrain dans tous les syndicats, par rapport à l 'élection présidentielle de 2012.

Le premier constat est relativement rassurant pour les centrales : si 30 % des salariés ont voté pour le FN (64 % se sont abstenus), ils sont 25 % chez les salariés proches d'un syndicat contre 34 % pour ceux qui n'affichent aucune proximité syndicale. Mais dans le détail, les choses se gâtent : l'extrême droite a recueilli 33 % chez les salariés proches de FO, 29% chez les sympathisants d'un autre syndicat (CFTC, CFE-CGC ou UNSA), 22 % chez ceux de la CGT, 17 % chez ceux de la CFDT et —plus surprenant encore — 27 % chez les sympathisants de Solidaires, syndicat plutôt proche de l'extrême gauche et du Front de gauche.

A la CGT, qui a lancé, en janvier, une campagne commune avec la FSU et Solidaires, contre les idées du Front national, le vote lepéniste progresse : il est passé de 16 % à la présidentielle de 2012 à 22 %, une hausse de six points. Chez les sympathisants de cette centrale (52 % d'abstentions), c'est sans surprise le Front de gauche qui est arrivé en tête (30 %), les listes du Parti socialiste et du Parti radical de gauche (PRG) obtenant 19 % et celles de l'extrême gauche 5 %. Chez les sympathisants de Solidaires, où 57 % se sont abstenus, le PS arrive, avec 19 %, juste derrière le FN et devant le Front de gauche et Europe Ecologie qui sont à égalité à 17 %, l'extrême gauche n'obtenant que 2 %.

 A la CGT, journée de grève et de manifestations « en riposte » le 26 juin

Chez les sympathisants de Force ouvrière, centrale politiquement très hétérogène, l'abstention monte à 61% — un record —, les listes PS-PRG obtiennent 15 %, devant Europe Ecologie (13 %), le Front de gauche (11 %), l'UMP (8 %) et l'extrême gauche (5 %). C'est la CFDT qui résiste le mieux à la vague FN — ses sympathisants ayant voté à 17 % pour les listes de Marine Le Pen — et c'est aussi celle où on s'est le moins abstenu (45 %). Chez ceux qui affichent une proximité syndicale avec la CFDT, les listes PS-PRG arrivent nettement en tête avec 29 %, celles de l'UDI et du MoDem obtenant 16 % devant Europe Ecologie (9%) et l'UMP, tous les deux à 9 %, loin devant le Front de gauche (3 %).

Solidaires a vivement réagi à la publication de ce sondage en demandant « des informations complémentaires sur une méthodologie qui à l'évidence est source de marges d'erreur phénoménales ». Pour le syndicat, qui tient son congrès à partir du lundi 2 juin à Dunkerque (Nord) — en même temps que la CFDT à Marseille — « le combat contre l'extrême droite est une chose sérieuse. (...) Balancer dans la nature des chiffres fantaisistes n'aide pas celles et ceux qui mènent ce combat. »

A la CGT, on ne cache pas une réelle inquiétude en notant que, « même si ce n'est pas une surprise, on ne peut se satisfaire du score du vote FN ». Thierry Lepaon a annoncé à l'AFP une journée de grève et de manifestations le 26 juin « en riposte » au résultat des élections européennes et avant la conférence sociale des 7 et 8 juillet. Selon le secrétaire général de la CGT, « il y a deux sorties de crise possible, celle brutale où nous mènent la droite, le Front national et aussi parfois le gouvernement, et une sortie de crise progressiste sur laquelle nous travaillons ». Le 26 juin, la CGT risque de se retrouver bien seule...

Michel Noblecourt Source social.blog.lemonde.fr

 

Vote pour le Front National, les syndicalistes aussi ?

Le journal L'Humanité a publié un sondage Ifop montrant que 33% des sympathisants FO et 22% de ceux de la CGT avaient voté Front National aux européennes. Ces résultats ont déclenché une polémique, car ils sont basés sur la notion ambiguë de "sympathisants" et non sur celle "d'adhérents".

C 'est un sondage certes ambigu mais tout de même embarrassant pour les syndicats qu'a publié le 28 mai le quotidien L'Humanité. Et ses résultats ont produit quelques vagues dans les rangs des centrales syndicales.

Réalisé par l'Ifop le jour même des élections européennes, le 25 mai, le sondage montre qu'une forte minorité de sympathisants syndicaux sont attirés par les thèses du Front National.

33% des sympathisants de FO auraient voté FN

Ceux de FO ont été les plus nombreux à voter pour le parti de Marine Le Pen à hauteur de 33%. Ce qui n'est pas, à première vue, totalement étonnant. FO a toujours été "l'auberge espagnole" du syndicalisme, ses adhérents réunissant toute la palette du champ politique de l'extrême gauche trotskiste au... Front National.  Viennent ensuite l'Union syndicale Solidaires (27%), la CGT (22%) et la CFDT (17%).
Les personnes se disant proches d'un autre syndicat (CFTC, Unsa, CFE-CFC) ont voté à 29% pour le FN.
L'abstention a été moins forte chez les sympathisants de la CGT (52%), de la CFDT (45%) et de Solidaires (57%) que la moyenne nationale (58%). Les proches de FO ont boudé les urnes à 61%. 
16% des sympathisants de la CFDT ont été séduits par l'UDI et le Modem.
Les sympathisants de la CGT ont choisi en premier lieu le Front de gauche (30%), cinq fois plus que sa moyenne nationale (6%). Le Front de gauche a attiré 17% des proches de Solidaires, 11% de ceux de FO et seulement 3% de la CFDT.
Sans réelle surprise, c'est parmi les sympathisants de la CFDT que le PS a réalisé son meilleur score (29%, contre une moyenne nationale de 14%). Les proches de la CGT et de Solidaires ont voté PS à 19% et ceux de FO à 15%. De son côté, EELV a attiré les sympathisants de Solidaires (17%), suivis par FO (13%), la CFDT (9%) et la CGT (6%).
Enfin,  9% des sympathisants de la CFDT, 8% de FO, 3% de la CGT et 2% de Solidaires ont voté pour l'UMP. 

Des résultats embarrassants pour les syndicats

La percée du Front National a de quoi ennuyer les leaders syndicaux. FO, CGT, Solidaires et CFDT ont a maintes reprises dénoncé les idées défendues par le parti de Marine Le Pen et les mirages qu'il fait miroiter à des salariés déboussolés. La CGT n'a pas hésité à exclure des militants ouvertement engagés au Front National. La CFTC, victime de "l'entrisme" du FN a tenté, pas toujours avec succès, de faire le ménage. 

Mais il n'en reste pas moins que, a l'instar du quart des français qui ont voté dimanche 25 mai, une forte minorité de sympathisants syndicaux ont été également séduits par les thèses du FN, ou, du moins, ont adressé un message de protestation aux partis traditionnels, Parti Socialiste en tête.

Un sondage ambigu basé sur la notion de "sympathisants"

Cependant, ce sondage est ambigu. Il a été réalisé auprès de "sympathisants", un terme vague. Il ne s'agit donc ni des "militants" ni, encore moins, des "adhérents". On peut toujours se dire "sympathisant"... sans avoir aucun engagement. C'est vrai à l'égard d'un syndicat comme vis à vis de n'importe quelle autre organisation, parti, association

D'ailleurs, l'Union nationale Solidaires (qui regroupe notamment les syndicats SUD, plutôt classés comme "radicaux" dans les entreprises) a réagi: " Notre Union syndicale, qui a toujours exprimé de fortes réserves de manière générale face aux sondages, a demandé auprès de l'IFOP et de l'Humanité des informations complémentaires sur une méthodologie qui à l'évidence est source de marges d'erreur phénoménales".

Alors, certes, le Front National est arrivé en tête chez les employés et ouvriers, qui forment les gros rangs des "adhérents" syndicaux. Mais d'ici à déduire, comme pourrait faire croire ce sondage et certains commentaires qui en ont été faits, qu'un quart, voire un tiers des "adhérents" des organisations syndicales votent pour le Front National, il y a manifestement un pas à ne pas franchir. Il ne s'agit là que de personnes se déclarant "sympathisants".

Source latribune.fr

Partager cet article

Repost 0
Published by Cyril LAZARO - dans politique générale
commenter cet article

commentaires

Anonyme PAtricia 01/06/2014 23:08


Personnellement je n'aime pas les gens qui votent FN. Ce genre d'energumenes avancent topujours masqués, infiltrent les syndicats le splus progessistes comme SUD. C'est le propre de l'extreme
droite...ils ne combatent jamais en annoncant la couleur et leurs idées. Ils infiltrent, font semblant d'adherer aux valeurs d'un syndicat en tenant un discours tres "rouge" pour donner le change
et se debrouillent pour justifier quelques signatures incongrues lors des accords d'entreprise. Ces gens savent faire. Paradoxalment si tu vois qql n qui tient un réthorique tres revendicative,
et bien c'est là qu'il faut se mefier. Ce sont des spécialistes du double language.

Cyril LAZARO 03/06/2014 22:47



Bonsoir,


J'ai appris à juger les actes plus que les paroles, mais tu as raison, nombreux sont ceux qui s'abritent derrière de beaux discours et font le contraire de ceux qu'ils disent. Les exemples en
politique ne sont que trop fréguents, jusqu"aux présidents qui n'hésitent pas à affirmer que les promesses n'engagent que ceux qui les écoutent.


Amitiés




Présentation

  • : Le blog de Cyril LAZARO
  • Le blog de Cyril LAZARO
  • : Le blog d'un militant syndicaliste en lutte pour plus de justice sociale à Disneyland Paris. Réflexions, revendications, humour et amitiés
  • Contact

Carte visiteurs blog

Recherche

Nombre de visiteurs

Nombre de pages vues