Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 novembre 2012 3 07 /11 /novembre /2012 22:18

Ma sœur, Aurore Martin

http://img11.hostingpics.net/pics/345896EmilieMartin.jpgEmilie Martin, sœur d’Aurore Martin et porte-parole du mouvement Herrira

 

Voilà un an que mes parents et moi-même redoutions l’arrestation d’Aurore et son incarcération dans les prisons espagnoles. C’est fait. L’abjecte mesure a été prise.

Méprisant, bafouant, écrasant du talon un des droits fondamentaux : la liberté d’expression. Car Aurore s’est vue reprocher des actes qui tous, sans exception, sont liés à l’usage de la liberté d’expression.

Aurore a été et reste une militante politique. Aurore n’avait pour seule arme que ses convictions et la légitimité d’un combat mené depuis des siècles par celles et ceux qui au Pays Basque veulent vivre et travailler, dignement, en étant maîtres de leur destin. Libres !

Cette arrestation, beaucoup de gens au Pays Basque la redoutaient. Car le Pays Basque a dans sa mémoire collective une litanie de faits gravissimes dont se sont rendus coupables les Etats espagnols et français. L’arrestation d’Aurore entre dans cette sinistre galerie marquée du sceau de la honte et de l’indignité.

Un torrent d’indignation

Aurore est une militante dont les convictions et la détermination font office d’armure de protection. Pour résister à la barbarie carcérale qu’elle subit depuis le 2 novembre dans une prison espagnole, comme beaucoup d’autres.

Et cette armure s’est consolidée, renforcée considérablement. La solidarité s’organise, s’amplifie, gonfle d’heure en heure. Tel un torrent d’indignation qui déferle au Pays Basque et bien au-delà. Avec une chose en tête : la paix.

Au Pays Basque et au-delà, ils sont une foultitude à prendre position en faveur d’Aurore. En sa faveur et en la défense du processus de paix. Car au-delà du cas de ma sœur, nous sommes face à un péril qu’il nous faut sans tarder dénoncer, enrayer, stopper. Les Etats français et espagnol nous montrent très clairement leur démarche vers la paix à reculons. Ils veulent faire taire les voix qui scandent, revendiquent, militent.

Actrice du processus de paix

Aurore n’a pas cédé à des réflexes mortifères de repli sur soi. Aurore a été actrice d’un processus de paix que l’annonce de la fin de la lutte armée d’ETA a permis de lancer. Car un vent nouveau souffle au Pays Basque depuis plus d’un an. Un vent porteur d’un immense espoir. Celui de la paix juste et définitive.

Aurore y a cru. Et nul doute qu’Aurore, du fond de sa cellule madrilène, continue à y croire et à penser au chemin à parcourir pour parvenir à la résolution du conflit au Pays Basque.

Le Pays Basque a besoin d’artisans de paix et non pas de matamores qui soufflent sur les braises pour que jaillissent à nouveau les flammes du conflit. Aurore a été et continue à être de ces femmes et de ces hommes qui au Pays Basque travaillent à établir les conditions de la paix. Un travail de tous les dangers. Son arrestation en atteste. Car les ennemis de la paix sont là, prêts à bondir. Prêts à toutes les provocations, à tout ce qui pourrait entraver cette marche vers la paix.

Collectif des prisonniers politiques basques

Je suis Emilie Martin, sœur d’Aurore, mais aussi militante et porte-parole du mouvement Herrira, mouvement de soutien aux prisonniers et aux réfugiés politiques basques. Depuis six mois nous travaillons nous aussi dans le sens de ce processus de paix, en organisant ce week-end une manifestation qui sera j’en suis sûre mémorable.

Tant que les conséquences de ce conflit ne seront pas résolues nous n’avancerons pas. Aurore fait maintenant partie de ces conséquences, elle fait partie du collectif des prisonniers politiques basques. Quant à moi, je fait partie de ces 600 familles et amies de prisonnier-e-s, qui toutes les semaines vont visiter leurs proches qu’ils aiment de tout leur cœur, à des centaines de kilomètres.

A présent, Aurore est en prison, peut-être pour 12 ans –comme la loi espagnole le prévoit. Je ne doute pas que la place laissée par son arrestation est déjà prise. D’autres jeunes femmes et jeunes hommes ont pris le relais. Car ce pays ne manque pas d’énergie et de volonté. Le Pays Basque est plus que jamais décidé à continuer à marquer de sa présence –modeste mais essentielle– la marche vers la liberté.

Source rue89.com

Partager cet article

Repost 0
Published by Cyril LAZARO - dans Pensée du jour
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Cyril LAZARO
  • Le blog de Cyril LAZARO
  • : Le blog d'un militant syndicaliste en lutte pour plus de justice sociale à Disneyland Paris. Réflexions, revendications, humour et amitiés
  • Contact

Carte visiteurs blog

Recherche

Nombre de visiteurs

Nombre de pages vues