Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 janvier 2013 7 20 /01 /janvier /2013 11:21

Un article très plaisant à lire et riche en liens plus édifiants les uns que les autres.

Mais le meilleur demeure les commentaires qui suivent l'article sur agoravox, où les internautes nous régalent de réflexions plus acerbes les unes que les autres.

Gens trop bien pensants s'abstenir!

Amitiés à tous et à toutes

Cyril LAZARO

Les cendres de la CFDT seront transférées au Panthéon

Notre peine est immense. Le décès d’un syndicat est une vraie douleur au cœur et à l’âme. On a retrouvé les restes enveloppés dans un sac plastique, les membres figés dans l'état où ils se trouvaient depuis toujours. Ils ont été ensevelis d'urgence dans la fosse commune au soir d'une journée de honte bue.
 
 
Mais il nous restera d'eux des souvenirs cuisants pour alimenter chacun de nos jours de vie, jusqu’à celui de notre mort. Ils nous auront, des décennies, montré la voie d'une action syndicale centripète plongeant ses racines dans le syndicalisme chrétien avant de se crotter les pieds au contact de la lutte des classes pour mieux se « recentrer » et le conduire à assumer la réforme des retraites de 2003 puis le « oui  » en faveur de la Constitution européenne en 2005.
 
Et enfin ce tout dernier, le fameux accord « Compétitivité/emploi » de janvier 2012, signé avec ferveur, au sujet duquel les dévots essaieront encore longtemps de nous persuader qu' "il apporte des droits nouveaux salariés", ce qui est en grande partie vrai, puisque qu'il imposera au salariat le droit de fermer sa gueule sans recours en cas de baisse de salaire ou de changement d'horaires, ce que salua unanimement toute la droite, reconnaissant en le Medef et la CFDT de «  fins stratèges d'un accord audacieux  ».

La mort syndicale de la CFDT est un morceau de vie. Elle n'était pas un modèle de vie même si des militants y croyaient. Mais depuis longtemps elle était devenue un exemple à ne pas suivre.
Nous aurions bien voulu lui offrir de joyeuses funérailles, mais le cœur n'y est pas : bientôt, les salariés subiront leur dernier accord aux pieds et mains liés avec le Medef, qui arase leurs droits.
 
C'est ton dernier voyage, CFDT.
Il est si long que tu auras l'éternité pour assumer ton isolement. Mais ta mort syndicale, ton enterrement, ne sont pas une fin de vie.
Non, ton départ est le début d’une nouvelle vie dans un autre monde. Un monde fait d’amour et de bonheur pour tes ex-dirigeants «  reconnus pour leur indépendance d'esprit vis-à-vis des partis politiques » et qui sont à ce seul titre nommés à l'IGAS, à Terra-Nova, ou conseillère de la ministre Vallaud-Belkacem, ou « acceptent » une proposition de mission de la ministre Fleur Pellerin. Certains appellent ces endroits le paradis.
 
Adieu les artistes !
Reposez en paix, la représentativité ne dure qu’un instant… Nous ne vous oublierons jamais, c'est sûr. Ni les militants dépités qui savaient depuis longtemps à quoi s’attendre de la part de leur centrale c'est-à-dire être la cinquième roue des propositions les plus ineptes de l’UMP et du MEDEF. Aujourd'hui, par cet accord minoritaire, sous Hollande voient le jour les décrets des lois Warsmann votées sous Sarkozy en 2012.
 
Mais il leur reste encore des souvenirs à engranger car les chairs bougent encore : ainsi, encore fumant, le corps demande à être associé au gouvernement - même prière que le Medef - pour «  la transposition de l'accord emploi  » afin de faire des députés de simples greffiers, émettant au passage le vœu d'adapter le texte à la fonction publique, en attendant un nouveau « sommet social » que le Président Hollande projette pour juillet prochain, et où la question d'une nouvelle réforme des retraites ( Moscovici confirme une nouvelle réforme) serait à l'ordre du jour pour faire plaisir à Parisot qui veut reculer l'âge de départ.
L’œil sera dans la tombe et regardera les Caïn de service.
 
Un jour, les cendres de la CFDT seront transférées par un jour glacial au Panthéon du Réformisme, en présence du Président de la République qui salua récemment "un succès du dialogue social".
C'est Henri Guaino qui prononcera le dernier discours, André Malraux étant indisponible.
 
Léon
Vu sur http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/les-cendres-de-la-cfdt-seront-129167

Partager cet article

Repost 0
Published by Cyril LAZARO - dans cfdt
commenter cet article

commentaires

caroleone 20/01/2013 11:46


Bonjour Cyril,


 


C'est truculent en effet et très bien dit.


Je lis chaque jour tes posts et je vois le château de cartes du syndicalisme qui s'effondre, certes sans me surprendre mais ça me scotche et me désole à un point que je n'arrive plus à trouver
mes mots pour commenter


En lisant cette prose, j'ai repensé à nous autres au PCF qui connaissons ce problème évidemment depuis le temps où les dirigeants essaient de couler ce qui a déjà le cul plombé.


Syndicat ou parti, sans faire d'amalgame, quand les carottes sont cuites à cause du réformisme et des compromissions des apparatchiks de l'appareil, les victimes sont toujours les mêmes, et ça
sans distinction d'idéaux : les militants de base qui eux se battent pour de nobles raisons devant une urgence de terrain et sont toujours sincères et honnêtes. Ce sont eux qu'il faut plaindre
car les autres ripoux ont creusé leur trou doré que je souhaite bien qu'il devienne un trou du cul géant comme le cloaque qu'ils ont à la place du cerveau.


C'est vrai ce syndicat croupion n'est bientôt plus ?


 


Je te souhaite un bon dimanche et te remercie Cyril de tenir la route coûte que coûte.


Tes informations sont nécéssaires à la compréhension du monde du travail , du syndicalisme ou de ce qu'il en reste et pour se rendre compte de tout ce que l'on perd chaque jour de nos droits de
salariés durement acquis.


 


Amitiés


 


caroleone

Cyril LAZARO 20/01/2013 14:40



Les dérives du syndicalisme ne sont pas le fait du hasard. Je ne serai pas surpris qu'un jour on découvre un plan patronal mis en place depuis des années pour arriver à ce que l'on connaît
aujourd'hui.


La planification des différentes étapes pour investir les syndicats et acheter la paix sociale est du même ordre que la planification de la crise financière soit disant mondiale, où les riches
deviennent toujours plus riches.


La classe ouvrière saura trouver les ressources nécessaires pour inverser la balance, c'est ma conviction profonde, mais pour cela il faut faire le ménage, et ne pas hésiter à montrer les
compromissions entre quelques "élites" et nos ennemis de classe.


Amitiés



Présentation

  • : Le blog de Cyril LAZARO
  • Le blog de Cyril LAZARO
  • : Le blog d'un militant syndicaliste en lutte pour plus de justice sociale à Disneyland Paris. Réflexions, revendications, humour et amitiés
  • Contact

Carte visiteurs blog

Recherche

Nombre de visiteurs

Nombre de pages vues