Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 octobre 2012 7 14 /10 /octobre /2012 15:28

Iles grecques à vendre

 

Pour alléger les dépenses publiques, l'État grec songerait à faire évacuer les îles de moins de 150 habitants. L'idée fait scandale.

Une petite île à proximité d'Amorgos, dans les Cyclades grecques. Une petite île à proximité d'Amorgos, dans les Cyclades grecques.


La nouvelle a fait l'effet d'une bombe. Selon la presse grecque de ce week-end, les émissaires de l'Union européenne et du Fonds monétaire international auraient proposé au gouvernement grec de "déplacer les habitants des îles comptant moins de 150 habitants vers des lieux plus accessibles". Une proposition reprise publiquement par Kostas Mousouroulis, le ministre grec des Affaires maritimes. Le pays possède en effet une myriade d'îles, dont beaucoup sont proches des côtes turques. Vingt-deux d'entre elles sont habitées par moins de 150 habitants. Leur fonctionnement, selon le ministre, aurait un "coût trop élevé pour l'État".

Cette annonce a provoqué un tel tollé dans le pays que Kostas Mousouroulis a été contraint de revenir sur ses propos, affirmant qu'il s'agissait d'une plaisanterie. Dans la foulée, le gouvernement dans son ensemble s'est empressé de démentir l'information. Mais nombre d'experts doutent d'une simple gaffe du gouvernement et croient plutôt à un ballon d'essai pour que l'idée fasse son chemin. À l'image de Manolis Glézos, le député du Syriza, le parti de la gauche radicale : "Oslo ne peut pas donner le prix Nobel de la paix à une Union européenne qui demande l'évacuation d'un certain nombre d'îles."

Déportation

Même démentie, cette hypothèse fait débat. Christos Christopoulos, avocat d'affaires, reste sceptique sur la concrétisation du projet, mais s'interroge : "Que dirait-on en France si l'on déplaçait les sept habitants du village de Chateauvieux-les-Fossés dans le Doubs ou ceux d'Aulan dans la Drôme ? Cette déportation de gens de leur lieu d'habitation, même au prétexte de non-rentabilité, réveille les traumatismes du passé pour les Grecs. De plus, ceci est juridiquement inadmissible et enfin cela engendrerait de sérieux risques pour la sécurité nationale", affirme-t-il.

Christos Christopoulos fait référence au déplacement de la population grecque d'Asie mineure, où elle était installée depuis la nuit des temps. Après la défaite des troupes helléniques, lâchées par les alliés face à Atatürk en 1922, le traité de Lausanne, un an plus tard, obligeait à un "échange de population". Près de deux millions de Grecs avaient alors dû quitter ce qui avait toujours été leur patrie pour s'installer en Grèce, qui comptait moins de cinq millions d'habitants à l'époque.

Austérité

Néanmoins, l'évacuation des îles de moins de 150 habitants aiderait-elle à résorber la dette grecque ? "On peut certainement comparer cela à l'évacuation de populations rurales d'Inde, de Chine ou du Brésil qui sont dépossédées de leurs terres au profit de l'agrobusiness, des complexes touristiques ou d'industries", commente Stathis Kouvelakis, maître de conférences au King's College de Londres. "La vente d'îles inhabitées ne vise pas simplement à économiser les dépenses engendrées par le maintien sur place des communautés îliennes. Le géographe britannique David Harvey a, pour sa part, imaginé l'expression accumulation par dépossession pour désigner ces processus de privatisation sauvage", ajoute-t-il. Les fonds marins grecs sont en effet de plus en plus convoités. De surcroît, la Grèce pourrait devenir en 2016 le premier producteur aurifère d'Europe, tant son potentiel minier est important.

Il y a quelques semaines, la presse grecque dévoilait le catalogue de quelque 47 îles et îlots choisis par le gouvernement de coalition dans le but d'être cédés à des investisseurs privés. Des baux de 30, 40 ou 50 ans pour des montants allant de 3 à 45 millions sont suggérés. Cette idée, énoncée en 2010 par un député allemand, avait alors soulevé une indignation générale. Cette fois, les Grecs, abattus par la rigueur, semblent trop tétanisés pour réagir alors que le taux de chômage touche plus de 25 % de la population active et que la récession continue de sévir pour la sixième année consécutive. La semaine prochaine, Antonis Samaras, le Premier ministre, doit annoncer une nouvelle cure d'austérité pour économiser 13,5 milliards d'euros et recevoir en contrepartie le versement de 31,5 milliards d'euros par ses créanciers publics. Un blanc-seing indispensable au pays pour éviter la faillite.

Source lepoint.fr

Partager cet article

Repost 0
Published by Cyril LAZARO - dans Pensée du jour
commenter cet article

commentaires

caroleone 15/10/2012 19:38


Bonsoir Cyril,


 


Comme c'est lamentable et comment ne pas croire ça possible ?


Je viens de lire dans un communiqué de Manolis Glezos justement qui disait qu'ils allaient déplacer les habitants ça déjà on peut en être sûrs !!


Ensuite, évidemment les lobbies sont derrière, c'est révoltant tiens quand j'y pense, ça mériterait une mobilisation internationale ce genre de chose, la terre ne se vend pas , elle appartient au
peuple.


Bises


 


caroleone

Cyril LAZARO 16/10/2012 08:02



Plus rien ne les arrête, ils s'approprient des terres qu'ils n'ont jamais travaillé avec du papier monnaie, c'est pire que la verroterie employée pour spolier les indiens d'Amérique du Sud.



Présentation

  • : Le blog de Cyril LAZARO
  • Le blog de Cyril LAZARO
  • : Le blog d'un militant syndicaliste en lutte pour plus de justice sociale à Disneyland Paris. Réflexions, revendications, humour et amitiés
  • Contact

Carte visiteurs blog

Recherche

Nombre de visiteurs

Nombre de pages vues