Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 août 2014 7 10 /08 /août /2014 10:37

Jean-Pierre Mustier quitte la direction de la banque UniCredit

Jean-Pierre Mustier, qui quittera ses fonctions le 1er janvier 2015, restera toutefois impliqué dans le groupe en rejoignant son conseil consultatif international, un poste non-exécutif.  

Jean-Pierre Mustier, qui quittera ses fonctions le 1er janvier 2015, restera toutefois impliqué dans le groupe en rejoignant son conseil consultatif international, un poste non-exécutif.


L'ancien supérieur du trader Jérôme Kerviel à la Société Générale, a décidé de laisser les rênes de la banque de financement et d'investissement qu'il dirigeait depuis 2011. Il restera toutefois impliqué dans le groupe.

Le français Jean-Pierre Mustier, a décidé de laisser les rênes de la banque de financement et d'investissement d'UniCredit, qu'il dirigeait depuis 2011, a indiqué la première banque italienne dans un communiqué.

Le patron de Kerviel chez SG

Celui qui fut en son temps le supérieur du trader Jérôme Kerviel - accusé d'avoir fait perdre 4,9 milliards d'euros à la banque française début 2008 et actuellement en prison - à la Société Générale, quittera ses fonctions le 1er janvier 2015. Jean-Pierre Mustier restera toutefois impliqué dans le groupe en rejoignant son conseil consultatif international, un poste non-exécutif.

Cependant il poursuivra également des projets personnels en lien avec le financement de l'économie réelle, via des missions de conseil, et continuera à aider des projets sociaux et éducatifs à trouver des financements, précise le communiqué.

Source latribune.fr

 

Souvenez-vous, c'était le 11 mars 2014

 

UniCredit: 14 milliards d’euros de perte pour cause de créances douteuses

La banque a surpris les investisseurs en procédant à une dépréciation d'actifs nettement plus haute que prévue. (Photo : Reuters)  

La banque a surpris les investisseurs en procédant à une dépréciation d'actifs nettement plus haute que prévue.


La banque a procédé à des réévaluations de son capital avant son inspection par les autorités européennes. Elle table sur un retour des bénéfices dès 2014.

La première banque italienne, UniCredit, a annoncé mardi avoir clôturé l'année 2013 sur une perte nette géante de 14 milliards d'euros, due pour l'essentiel à des éléments exceptionnels fin 2013 et a dévoilé un nouveau plan stratégique.

Dépréciations d'actifs

Pour le seul 4e trimestre 2013, la perte nette de la banque s'élève à 15 milliards d'euros, souligne la banque qui l'explique par des dépréciations à hauteur de 9,3 milliards et par 7,2 milliards de provisions supplémentaires pour créances douteuses, avant son inspection par les autorités européennes.

L'annonce a surpris les analystes financiers qui prévoyaient pour les dépréciations en moyenne un montant d'environ quatre milliards seulement.

"Je crois que le groupe a tourné la page. Nous aurions pu étaler ces pertes sur plusieurs années, nous avons décidé de les passer en une seule année", a expliqué aux journalistes Federico Ghizzoni, l'administrateur délégué.

La banque a également prévu 699 millions d'euros en coûts de restructuration. A l'inverse, la réévaluation de la part d'Unicredit dans le capital de la Banque d'Italie lui a apporté un gain comptable de 1,4 milliard d'euros hors taxes, indique-t-elle

6,6 milliards de bénéfice en 2018

Alors que son chiffre d'affaires en 2013 accuse une baisse de 4,1% à 24 milliards d'euros, la banque doit par ailleurs présenter mardi aux investisseurs un plan stratégique à l'horizon 2018. Il repose sur "des fondamentaux solides, une solide culture du risque et une conjoncture économique en amélioration", a expliqué l'administrateur délégué Federico Ghizzoni cité dans le communiqué. 

La banque déclare ainsi tabler sur un bénéfice net de 2 milliards d'euros en 2014 et de 6,6 milliards en 2018. Elle prévoit aussi d'investir 4,5 milliards pour "soutenir la croissance de son chiffre d'affaires" et de réduire ses coûts de 1,3 milliard. Enfin Unicredit prévoit de mettre en bourse sa filiale de banque directe Fineco.

En 2012, le bénéfice net de la banque s'était élevé à 865 millions d'euros.

Source latribune.fr

Partager cet article

Repost 0
Published by Cyril LAZARO - dans économie
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Cyril LAZARO
  • Le blog de Cyril LAZARO
  • : Le blog d'un militant syndicaliste en lutte pour plus de justice sociale à Disneyland Paris. Réflexions, revendications, humour et amitiés
  • Contact

Carte visiteurs blog

Recherche

Nombre de visiteurs

Nombre de pages vues