Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 octobre 2012 6 13 /10 /octobre /2012 11:53

Blanchiment : l'avocat de l'élue écolo parle "d'erreur judiciaire"

Une élue parisienne EELV figure parmi les 17 personnes interpellées lors du démantèlement d'un réseau de blanchiment de fonds liés au trafic de drogue.

L'affaire du réseau de blanchiment d'argent lié à un trafic de drogue secoue la mairie de Paris. Neuf des 17 personnes interpellées mercredi en France pour leur implication présumée dans un réseau de blanchiment d'argent lié à un trafic de drogue ont été mises en examen vendredi pour "blanchiment d'argent en bande organisée" et "association de malfaiteurs" et placées sous contrôle judiciaire après règlement d'une caution.

Parmi ces personnes, selon nos informations, figurent essentiellement des cols blancs, dont Florence Lamblin, une adjointe au maire du 13e arrondissement de Paris chargée du développement durable et de l'environnement. Cette élue écolo (EELV) est soupçonnée d'avoir touché près de 350 000 euros en liquide, de l'argent provenant du trafic de drogue, en l'échange de la mise à disposition du réseau chargé du blanchiment d'un compte bancaire dont elle disposait en Suisse auparavant. Compte sur lequel était déposée une somme équivalente. Une perquisition à son domicile a permis aux enquêteurs de retrouver 400.000 euros en liquide, selon une source proche du dossier. Sur LCI, son avocat parle d'une "erreur judiciaire", affirmant que sa cliente est innocente et qu'aucun argent n'a été retrouvé à son domicile. "Cette information est fausse", a-t-il assuré.

Des flux pour 100 millions d'euros ?

Yves Contassot, élu EELV du XIIIe arrondissement de Paris, a indiqué samedi que Florence Lamblin lui avait assuré qu'elle "n'était absolument pour rien" dans cette affaire. Il a décrit Florence Lamblin, qui figurait en deuxième position sur sa liste aux municipales de 2008, comme une personne "très réservée, très discrète". Yves Contassot a par ailleurs dénoncé une "tentative d'instrumentalisation politique" après la divulgation du nom de Florence Lamblin dans ce dossier. "C'est la seule dont le nom est jeté en pâture. C'est un peu étonnant que son nom sorte aussi rapidement alors qu'aucun autre nom (parmi les mis en examen) n'a été publié. Ce n'est pas totalement le fruit du hasard, d'autant plus qu'on a vu quasi instantanément des réactions de la droite et de l'extrême droite", s'est étonné Yves Contassot. "On essaye de faire croire que c'est lié à nos positions sur la libéralisation du cannabis, alors que ces deux problèmes n'ont strictement rien à voir", a ajouté l'élu. Le maire du XIIIe arrondissement de Paris, Jérôme Cousset (PS), a annoncé samedi qu'il demandait à son adjointe mise en examen "de se  mettre en retrait de ses fonctions d'élue", au regard de la gravité des faits, mais "sans préjuger de la suite judiciaire".

Au total, ce sont vingt personnes, dix-sept en France et trois en Suisse, qui ont été interpellées mercredi, comme le révélait TF1 News le jour même. L'enquête lancée à Nanterre en février et transférée à Paris, avait mis au jour un réseau d'importation de cannabis entre le Maroc, l'Espagne et la région parisienne. Ce réseau avait déjà importé plus de huit tonnes de cannabis à cette époque. Mais au cours de leurs recherches, les enquêteurs sous la direction de la JIRS de Paris (la juridiction interrégionale spécialisée dans la lutte contre la criminalité organisée) ont découvert un système de blanchiment d'argent assez inédit via "une machinerie complexe", selon le parquet de Paris. En six mois d'observation, les enquêteurs auraient constaté des flux d'argent représentant 100 millions d'euros.

Holding et paradis fiscaux

Une famille faisait venir du cannabis du Maroc via l'Espagne pour le revendre en France. Elle confiait ensuite l'argent cash à des Français, cadres, professions libérales, en possession de comptes en Suisse déjà alimentés. L'argent était remis à un collecteur central en Suisse.  Ce dernier payait les trafiquants espagnols et réinjectait la plus grande partie des fonds dans un circuit de blanchiment "orchestré depuis plusieurs années avec plusieurs membres de sa famille", selon le parquet. Ces espèces étaient remises à des clients souhaitant disposer d'argent liquide en France et ayant des comptes ouverts en Suisse dans une société financière "appartenant à la famille des blanchisseurs". "Les principaux protagonistes suspectés d'avoir organisé ce réseau sont des citoyens suisses de Genève et français de Paris, appartenant à la même famille d'origine marocaine", a précisé un communiqué du ministère public genevois. 

Ces sommes étaient in fine transférées sur des comptes bancaires à l'étranger pour revenir aux organisateurs du trafic. En France, ont été notamment saisis plus d'un million d'euros en espèces et deux photos d'art d'une valeur d'un million d'euros ainsi que des armes. A Genève, ont été saisis plus d'un million de francs suisses - dissimulés dans une chambre forte derrière une penderie -, ainsi que 160 montres et des bijoux de grande valeur d'une estimation totale de près de 2 millions de francs suisses, selon les autorités suisses.

Source lci.tf1.fr

Partager cet article

Repost 0
Published by Cyril LAZARO - dans politique générale
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Cyril LAZARO
  • Le blog de Cyril LAZARO
  • : Le blog d'un militant syndicaliste en lutte pour plus de justice sociale à Disneyland Paris. Réflexions, revendications, humour et amitiés
  • Contact

Carte visiteurs blog

Recherche

Nombre de visiteurs

Nombre de pages vues