Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 mars 2013 7 24 /03 /mars /2013 10:14

Eva Joly : «Cette succession d’affaires est une bombe à fragmentation»

 Paris (XIVe), vendredi. La députée européenne Europe Ecologie-les Verts Eva Joly propose le lancement en France d’un plan d’urgence contre les affaires, à la manière du mouvement Mani pulite en Italie dans les années 1990.

Paris (XIVe), vendredi. La députée européenne Europe Ecologie-les Verts Eva Joly propose le lancement en France d’un plan d’urgence contre les affaires, à la manière du mouvement Mani pulite en Italie dans les années 1990.

L’ancienne juge et candidate écologiste à la présidentielle Eva Joly estime que les affaires actuelles, où sont impliquées des politiques, sont une menace pour la démocratie ».

Selon ses proches, Nicolas Sarkozy estime avoir été « maltraité » par le magistrat qui l’a mis en examen. Qu’en pensez-vous ?
Eva Joly. Les prévenus en affaires financières adoptent toujours cette ligne de défense : ne rien reconnaître et se camper en victime.

Nicolas Sarkozy peut poser un recours. Cependant, les faits sont têtus. La mise en examen pour abus de faiblesse étant étayée par plusieurs témoignages concordants, par des retraits d’espèces prouvés en Suisse qui confirment les mentions dans les agendas, son appel contre la mise en examen a peu de chances d’aboutir.

Vous accusez Sarkozy de mentir, mais il n’est que mis en examen. Que faites-vous de la présomption d’innocence ?
La présomption d’innocence ne doit pas être le paravent des puissants. Elle ne vaut pas dédouanement : elle signifie juste que seul un tribunal peut dire qu’untel est coupable. Cela n’empêche pas les preuves réunies de produire une impression sur notre intelligence. Nicolas Sarkozy aurait donc dû avoir à s’expliquer pendant la campagne présidentielle. Pouvoir solliciter le suffrage et la confiance de ses concitoyens sans s’expliquer sur des affaires en cours est choquant. Un président de la République n’est qu’un homme investi d’une mission particulière, ce n’est pas un homme de naissance particulière… L’impunité insulte l’esprit de la République, parce qu’elle abîme l’égalité des citoyens devant la loi.

Jérôme Cahuzac aurait-il dû démissionner plus tôt ?
Oui. L’effet de son maintien est désastreux. L’ouverture d’une information pour blanchiment de fraude fiscale, quand on est ministre du Budget qui doit trouver les milliards qui manquent et demander des économies, c’est intolérable. Affirmer les yeux dans les yeux, aux députés et aux citoyens, qu’il n’a pas de compte et se voir démenti parce que sa voix est reconnue… c’est pathétique. Mais cette affaire révèle aussi un certain dysfonctionnement du système : Jérôme Cahuzac a été, tour à tour, au cabinet du ministère de la Santé et conseiller des laboratoires pharmaceutiques. Quelque chose ne tourne pas rond dans notre système.

Cette semaine il y a également eu une perquisition au domicile de Christine Lagarde dans l’affaire Tapie. Ces successions d’affaires ne vont-elles pas profiter au Front national ?
Quelle semaine! J’avais mis en garde contre la nomination de Christine Lagarde au FMI en disant qu’elle risquait une mise en examen dans le dossier Tapie. Cette succession d’affaires qui nourrit l’idée du « tous pourris » est une bombe à fragmentation pour la démocratie! Nos élites doivent se ressaisir. Leurs égarements sont d’autant plus insupportables pour les Français qu’ils ont été incapables de combattre la crise qui frappe les citoyens ordinaires. Crise politique et crise économique s’alimentent l’une l’autre. C’est le même système qui est à genoux devant la finance et laisse prospérer l’impunité. Dans les deux cas, ce qu’il faut, c’est un retour de l’éthique, du sens des limites, du respect des règles.

Que proposez-vous ?
J’en appelle solennellement à François Hollande. Pour sauver une certaine idée de la République, il faut un plan d’urgence contre les affaires. Il faut lancer une opération mains propres à l’italienne pour renforcer les règles éthiques et lutter contre l’évasion fiscale notamment.

Jean-Marc Ayrault a évoqué un projet de loi pour encadrer les salaires des grands patrons dans le privé. Cela va-t-il dans le bon sens ?
Oui, si un tel projet de loi voit le jour, c’est une très bonne chose. Il est heureux que les temps changent car nous avons connu plusieurs décennies de rémunérations folles. La richesse s’est concentrée dans de moins en moins de mains. Il y a un mois déjà, nous, les députés européens, avons mis sur la table un texte général pour une nouvelle régulation bancaire comprenant un plafonnement des bonus des banquiers. Le Parlement européen, pourtant conservateur, est allé plus loin que le gouvernement de gauche français.

Ce gouvernement vous déçoit ?
Assurément. L’erreur initiale a été de ne pas assumer un bras de fer avec Mme Merkel. Tout découle du refus de l’épreuve de force en Europe. Mais on ne fonde pas une politique sur la déception. Je dis donc ceci : François Hollande doit retrouver l’esprit du Bourget. ll s’est fait élire avec la promesse de combattre la finance mais sa main a tremblé. La loi que le gouvernement a proposée sur la séparation des banques d’affaires et les banques de dépôt est misérable : elle ne sépare rien du tout, elle ne concerne que 2% de l’activité bancaire, c’est beaucoup trop faible. Ce gouvernement n’a pas pris le pouvoir sur la finance.

Si vous étiez à l’Assemblée, voteriez-vous l’accord sur l’emploi ?
Pour Nicolas Sarkozy, les syndicats étaient un danger pour la démocratie. C’est donc essentiel de revitaliser le dialogue social. Ce n’est pas la méthode du gouvernement qui est en cause : mais, à l’arrivée, le rapport de force n’est pas en faveur des syndicats. Le rôle des politiques est de défendre les salariés en situation de faiblesse et d’améliorer cet accord. Nous devons donc l’amender substantiellement. En l’état, il n’est pas votable.

Certains, y compris dans votre propre camp, vous reprochent d’être sur les positions de Mélenchon…
François Hollande est l’élu de toute la gauche, il ne doit pas l’oublier. Mon discours n’a pas varié. Ce qui a varié, c’est la non-exécution des promesses de Hollande. Ce n’est pas parce que je rappelle cela que je me rapproche de Mélenchon. Je ne vois d’ailleurs pas en quoi ce serait insultant. Quand Mélenchon fait du Eva joly, je m’en félicite. Des convergences existent.

Les deux ministres écologistes doivent rester dans ce gouvernement ?
Oui, car ils démontrent tous les jours leur utilité. Il y a clairement deux positions au gouvernement : ceux qui pensent que seul compte le combat contre les déficits et ceux qui pensent qu’il faut aussi investir dans l’avenir et notamment dans la transition écologique. Je suis très heureuse de ce qu’a obtenu cette semaine Cécile Duflot sur la mise en œuvre d’un plan pour la lutte contre la précarité énergétique. Pascal Canfin défend aussi avec vigueur l’aide au développement. Mais les écologistes doivent continuer à dire qu’une autre voie est possible.

La crise chypriote est-elle inquiétante pour l’Europe ?
Bien sûr. Il y a urgence à réagir. Il faut organiser le sauvetage de Chypre pour l’euro. Mais Chypre est un paradis fiscal et ce qui est incroyable, c’est que l’Europe a laissé perdurer cela. Résultat, on va sauver le système financier chypriote, qui est la grande blanchisseuse des fonds volés au peuple russe, avec l’argent des contribuables européens! L’idée européenne sort profondément affaiblie de la crise.

Source leparisien.fr

Partager cet article

Repost 0
Published by Cyril LAZARO - dans politique générale
commenter cet article

commentaires

coco 25/03/2013 14:01


super article, est ce que tu me permets de le mettre un lien sur mon blog (je ne vais pas le recopier ...il est parfait !)il était bien le coin-coin !! bises

Cyril LAZARO 25/03/2013 18:02



Pas de souci. Les articles et les idées sont là pour être confrontées et diffusées.


Le coin coin a fait un tabac auprès des collègues au taf.


Amitiés



Présentation

  • : Le blog de Cyril LAZARO
  • Le blog de Cyril LAZARO
  • : Le blog d'un militant syndicaliste en lutte pour plus de justice sociale à Disneyland Paris. Réflexions, revendications, humour et amitiés
  • Contact

Carte visiteurs blog

Recherche

Nombre de visiteurs

Nombre de pages vues