Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
13 mars 2013 3 13 /03 /mars /2013 10:06

Goodyear : quatre plaintes de policiers

Lundi soir, on a appris que quatre policiers ont porté plainte après les violences contre les forces de l'ordre qui ont émaillé, jeudi, la manifestation des salariés de l'usine de pneus d'Amiens-Nord Goodyear devant le siège du groupe France. Le ministre de l'Intérieur a déclaré qu'«il y a eu des violences sur des CRS qui n'étaient pas là pour empêcher une manifestation mais pour protéger des locaux. Je ne peux pas admettre que des CRS reçoivent des grilles, des coups, des parpaings faits pour blesser.»

Dix-neuf policiers ont été blessés lors de cette manifestation à Rueil-Malmaison. Contre six du côté des manifestants.
«C'est la manifestation la plus violente qu'on ait eue sur Paris depuis au moins quatre ou cinq ans», affirme le directeur de l'ordre public et de la circulation, Alain Gibelin.

Sur son blog, la CGT Goodyear demande à Manuel Valls «d'arrêter de provoquer les salariés de notre pays, de ne plus stigmatiser les luttes de salariés qui s'opposent à des fermetures d'usines.Nous avons des vidéos ou des CRS insultent de tous les noms des salariés pour les provoquer, le but, faire péter les plombs aux salariés devant les médias.»

Mickaël Wamen, délégué CGT, a demandé une enquête le soir même de la manifestation: « Les CRS ont tout fait pour que les gars pètent les plombs. Nous n'avons jamais cautionné la violence.»

Source courrier-picard.fr

Repost 0
Published by Cyril LAZARO - dans cgt goodyear amiens
commenter cet article
13 mars 2013 3 13 /03 /mars /2013 09:49

Lepaon ne veut pas d’une CGT qui se contente de dire non

Thierry Leapon, qui sera bientôt à la tête de la CGT, le 12 février 2013 à Can

Thierry Leapon, qui sera bientôt à la tête de la CGT, le 12 février 2013

 

Thierry Lepaon, qui prendra la tête de la CGT lors de son Congrès la semaine prochaine, ne veut «pas d’une CGT qui se contente de dire non» et affirme que la centrale «n’est pas et ne sera pas le bras armé du Front de gauche».

«La question n’est pas de choisir entre négociation et contestation, mais de rester pragmatique et efficace. Je ne veux pas d’une CGT qui se contente de dire non, et cette image est caricaturale», a dit M. Lepaon dans une interview aux Echos à paraître mercredi.

«La CGT n’est pas opposée au changement, elle le prouve au quotidien en signant des accords dans les entreprises. Mais, elle, elle ne signe que les bons accords, pas n’importe quoi... C’est la même chose au niveau interprofessionnel», a-t-il ajouté.

Le CGT se repolitise-t-elle? : «Absolument pas. La CGT n’est pas et ne sera pas le bras armé du Front de gauche», a répondu M. Lepaon.

Selon lui, la mobilisation du 5 mars de la CGT et de FO contre l’accord sur l’emploi «a été très utile, car elle a permis de faire monter le débat face au discours trompeur des signataires du texte». Mais, «il faut du temps pour bien faire comprendre les dangers réels du texte», selon lui

«Les députés commencent eux aussi à mesurer la portée réelle du texte, on le sent clairement quand nos militants vont à leur rencontre», a-t-il dit.

Interrogé sur ses priorités à la tête de la centrale, M. Lepaon a répondu: «Je veux une CGT plus accessible». «Nous devons aller chercher les salariés là où ils sont, pour mieux les organiser. La demande existe». Aujourd’hui, nous avons déjà plusieurs dizaines de milliers de syndiqués isolés : ils ont adhéré, mais, faute de syndicat dans leur entreprise ou d’union locale assez proche, on perd le contact», a-t-il dit.

«Nous avons fait une erreur en pensant réorganiser par le haut, par exemple avec des fusions de fédérations. Il faut repartir de la base», a-t-il précisé.

Source liberation.fr

Repost 0
Published by Cyril LAZARO - dans cgt
commenter cet article
12 mars 2013 2 12 /03 /mars /2013 14:11
Madame la Ministre, il faut dire non à la fermeture de l’Hôtel Dieu !
 
 
Au lendemain de la remise de rapport Couty, une délégation composée de l’ intersyndicale FO-USAP CGT, de médecins urgentistes et de personnels non médicaux de l’Assistance Publique (AP-HP), mais aussi d’un représentant CGT de la Police Nationale (en raison des enjeux sur les urgences médico-judiciaires Parisiennes) a été reçue ce jour au Ministère des Affaires Sociales et de la Santé.
 
La délégation a rappelé les nombreuses alertes adressées depuis des mois aux responsables administratifs et politiques (Direction Générale de l’AP-HP, ARS, Ministère, Mairie de Paris,ect…) sur les conséquences dramatiques qu’auraient pour la population et les patients la fermeture des services de l’Hôtel Dieu à Paris et notamment son service d’urgences. Cette fermeture aura immanquablement un impact désastreux par l’engorgement des sites d’accueil d’urgences et d’hospitalisation alentours, aujourd’hui dans l’incapacité de répondre au flux de patients qui ne pourront plus être pris en charge à l’Hôtel Dieu.
 
L’absence totale de données chiffrées sur l’impact de ces restructurations, et sur leur coût réel, prouve que ce projet n’est en aucun cas un projet médical !!!
 
Aux questions posées par les urgentistes sur le devenir des 45000 patients pris en charge annuellement aux urgences médicaux-chirurgicales, le Ministère et l’ARS répondent qu’il n’y a pas de visibilité sur l’AP-HP et qu’il convient de discuter de la faisabilité du projet… Or, l’Hôtel Dieu est, dès à présent, en train d’être démantelé services après services sans attendre la moindre évaluation !!!!
 
La représentante du Ministère a fait part de la conscience qu’avait la Ministre du déficit de dialogue social : certes !! Alors pour renouer le dialogue social, c’est maintenant, tout de suite, que Madame la Ministre doit stopper le démantèlement en cours à l’Hôtel Dieu !!!
 
L’ensemble de la délégation souligne les nombreuses zones d’ombres et d’inexactitudes sur le projet, la responsabilité du ministère et de la Direction générale de l’APHP, dans la perte de chance prévisible pour la population, le degré de souffrance et de dégradation des conditions de travail atteint pour le personnel, l’absence totale d’écoute et de prise en compte de leurs demandes. Dans ce cadre, la délégation a réclamé un Moratoire immédiat sur le démantèlement de l’hôpital hôtel Dieu et de ses urgences et une rencontre avec Mme la Ministre de la Santé et de la solidarité, Marisol TOURAINE.
 
A cette demande la représentante du Ministère a promis à la délégation une réponse de Madame Touraine sous 4 à 5 jours.
 
Paris le  7 mars  2013
 
Contacts Presse
Gérald Kerziek              Urgentiste                   gkerziek@yahoo.fr
Christian Coichard        Urgentiste                   ch.coichard@free.fr
Anthony Caillé               CGT Police                 anthonycaille@gmail.com
Yves laybros                  Urgentiste FD santé  yveslaybros@free.fr
Bruno Lamaille              CGT Hôtel Dieu         cgthoteldieu@gmail.com
Dr Olivier Varnet            SNMH-FO                 olivier.varnet@orange.fr        
Daniel Dutheil                FO APHP                   daniel.dutheil@sap.aphp.fr
Rose May ROUSSEAU USAP CGT                    usap.cgt@sap.aphp.fr
 
Repost 0
Published by Cyril LAZARO - dans politique générale
commenter cet article
12 mars 2013 2 12 /03 /mars /2013 14:06

Des employés de Disneyland Paris arrêtés pour trafic de cannabis

La brigade de police judiciaire de Meaux vient de démanteler un important réseau de trafic de cannabis au sein même du parc Disneyland Paris.

Organisé depuis près de cinq ans par plusieurs Cast Members de différents services (dont celui du spectacle), cet important réseau de trafic de stupéfiants a été découvert il y a un peu moins d’un an maintenant. L’enquête a démarré au mois de Mai 2012 et a fini par se transformer en véritable information judiciaire basée  sur des filatures, des écoutes téléphoniques et des surveillances en tout genre.

Mardi 5 Mars 2013 : Six hommes d’une trentaine d’années, dont quatre déjà connus des services de police pour des faits similaires, ont été interpellés à leur domicile et placés en garde à vue au commissariat de Meaux. Des perquisitions ont été effectuées à leur domicile respectif et les enquêteurs ont mis la main sur plusieurs grammes de résine de cannabis ainsi que de l’herbe et tout le matériel de découpe et de conditionnement. Des plantations ont été également saisies.

Les enquêteurs pensent que le trafic était uniquement interne et dans les résidences Disney. Les Casts Members n’en auraient donc pas vendu aux visiteurs. Plus d’une cinquantaines  de clients auraient été identifiés. Les six personnes ont été interpellées pour trafic de drogue et trois d’entre elles ont été mises en examen vendredi soir par le juge d’instruction.

Source radiodisneyclub.fr

Repost 0
11 mars 2013 1 11 /03 /mars /2013 19:50

appel 0002 NEW-copie-1

En vue du Rassemblement le 13 mars 2013 à 14 h00 devant la cour d’Appel de Nîmes pour soutenir Olivier lors de l’audience d’appel introduit par la Fédération CGT du commerce

un transport collectif en Car est organisé :
 


Départ de la Bourse du Travail d'Alès
à 12 H 30 -
Retour prévu sur Alès vers 17 Heures

S'INSCRIRE RAPIDEMENT POUR L'ORGANISATION DU TANSPORT
 
soit par mail : comitedefense_olivier@yahoo.fr
  
soit par téléphone au 06 14 04 37 17

 

appel bireaud

art-marseillaise.jpg

Source cgt.ales.over-blog.com/

Repost 0
Published by Cyril LAZARO - dans cgt
commenter cet article
11 mars 2013 1 11 /03 /mars /2013 19:39

Retraites : comme un air de déjà-vu

 

La ministre des affaires sociales, Marisol Touraine, a prévenu dimanche dernier : des « efforts » seront demandés « à tous les Français ». Un air connu. Revoilà le conseil d’orientation des retraites (l’effrayant COR !) qui sort du bois pour simuler un déficit terrible... en 2020 ! Et qui propose les « pistes » habituelles : nous faire travailler plus longtemps, augmenter les cotisations et baisser nos pensions.

De leur côté, le Medef et les directions syndicales, les « partenaires sociaux », qui décidément s’entendent comme larrons en foire, devraient annoncer cette semaine un accord sur les retraites complémentaires : elles ne seront tout bonnement plus indexées sur l’inflation !

Un gouvernement au service des patrons

Si rien n’est fait, le déficit des caisses de retraite sera de 20 milliards en 2017, nous disent les « experts » appointés par le gouvernement. 20 milliards ! Soit le montant du crédit d’impôts aux entreprises voté en décembre dernier par l’assemblée nationale socialiste... Une goutte d’eau dans l’océan des subventions, des niches fiscales et des commandes d’Etat qui enrichissent toujours plus les grands groupes. Sans même parler des multiples exonérations de charges patronales qui à elles seules expliquent l’intégralité du « trou de la sécu  ».

Pourtant, même dans la crise, le patronat est loin d’être à l’article de la mort. En témoignent les profits des entreprises du CAC 40, publiés cette semaine. Les « réserves de cash » des multinationales atteignent des records historiques : Total, à lui seul, est assis sur un tas d’or de 18 milliards d’euros, immédiatement disponible.

Mais, toute honte bue, le gouvernement n’hésite pas à faire les poches aux salariés et aux retraités pour combler les trous creusés par sa politique d’aide aux plus fortunés.

Retour vers le futur

Les ministres et autres ténors socialistes, reprennent les vieux disques rayés... de Sarkozy, qui avait déjà commis une énième réforme contre les retraites en 2010. L’espérance de vie augmente, ma bonne dame, il faut donc travailler plus. Et cotiser plus. Et gagner moins, à la retraite comme dans la vie active.

Mais que pèse l’augmentation de l’espérance de vie, de quelques mois toutes les décennies, par rapport à l’explosion du chômage qui atteint 10,6 % de la population active et réduit d’autant le nombre des cotisants qui alimentent les caisses de retraite ? A qui la faute, sinon aux patrons qui licencient massivement et vident des usines entières comme celle de PSA à Aulnay-sous-Bois ou de Goodyear à Amiens-Nord ?

Le chômage fait aussi pression sur ceux qui ont un emploi, en les poussant à accepter des salaires de plus en plus bas. Un chantage patronal qui prend aujourd’hui le nom d’« accord compétitivité-emploi » et que les socialistes souhaitent inscrire dans la loi. Un nouveau manque à gagner pour les caisses de retraite, puisque les cotisations sont proportionnelles aux salaires.

Sauvons-nous nous-mêmes !

Interdiction des licenciements, partage du travail entre tous jusqu’à l’extinction du chômage, augmentation des salaires de 300 euros par mois, voilà les mesures qui peuvent réellement « sauver les retraites ». Ce sont donc les ouvriers de PSA, en grève depuis huit semaines pour garder leur emploi, ou ceux de Goodyear, qui font le véritable « effort » pour sortir de l’ornière de l’austérité généralisée. Et c’est Valls qui leur envoie les CRS.

Licenciements, précarité, chantage patronal, et maintenant les retraites. La boucle est bouclée. Au moins, les choses sont claires. Face au patronat et au gouvernement, pour stopper cette politique d’appauvrissement généralisé, il va falloir s’y mettre tous ensemble.

- Interdiction des licenciements et des suppressions de postes !

- Pas touche à nos retraites !

Retraités, salariés, chômeurs, même combat contre le gouvernement et les patrons casseurs d’usines et tueurs d’emplois !

Source convergencesrevolutionnaires.org

Repost 0
Published by Cyril LAZARO - dans politique générale
commenter cet article
11 mars 2013 1 11 /03 /mars /2013 13:51

rapetou

"On n'a pas le choix, c'est ça ou la prison!"

 

Alors les syndicalistes anonymes, il parait que vous allez signer l'accord d'intéressement?

- Ben ouais. On a pas trop le choix.

- C'est soit on signe, soit la Direction nous laisse tomber.

- Et alors là, c'est directement la prison...

- Tu m'étonnes, la Direction elle a dit qu'elle était prête à tout balancer sur les malversations du Comité d'Entreprise...

- Quelle angoisse!

Mais vous savez pourtant que cet accord est totalement nul?

- Oh, ça on ne sait pas vraiment vu qu'on n'a pas tout compris.

- C'est vrai, on n'a jamais vu un accord aussi compliqué...

- A vrai dire, c'est un accord sexuel!

- Sur le fondement bien entendu.

- Je dirai même qu'il s'agit d'un accord XXX.

Comment ça? Pourriez-vous mieux vous expliquer?

- C'est pas compliqué, la Direction n'a pas cessé de répéter "les bites da", "les bites da", "les bites da".

- C'est bien simple, moi j'en voyais partout...

Vous parlez sans doute de l'EBITDA, comme seuil de déclenchement d'un éventuel intéressement pour les salariés?

- C'est exactement ça! Les bites da!

Mais en grands syndicalistes que vous êtes, vous devez savoir ce que ça veut dire?

- Vas-y, prends nous pour des cons tant que tu y es.

- C'est pas compliqué. Les bites ça veut dire les bites, et da ça veut dire oui en russe ou en allemand...

- En gros l'accord signifie "oui aux bites"!

- Et comme c'est un accord d'intéressement, ça veut dire que les salariés s'y intéressent.

- Comment veux-tu après ça qu'on ne signe pas?

Mais jugez-vous les objectifs atteignables?

- Alors là, pas du tout. On l'a dit à la Direction!

- Même en tirant pendant 20 ans sur notre bistouquette, on n'y arrivera jamais!

- Mais puisqu'on n'a pas le choix on signera quand même!

Pourquoi pensez-vous que la Direction accorde une telle importance à cet accord?

- C'est simple. Vu qu'ils vont rien donner à la NAO, la négo pour les salaires, ils veulent faire monter les enchères pour pouvoir dire qu'ils donneront deux fois rien.

- Ca fait mieux.

- Rien pour la négo sur les salaires, rien pour la négo sur l'intéressement.

- Et au moins les salariés ils auront l'impression d'avoir quelque chose!

Je vous sens tout de même troublés par toutes ces négociations...

- Tu m'étonnes!

- Il fallait voir la Direction se pourlécher la lèvre supérieure du bout de la langue en prononçant "les bites da"...

- Ca nous mettait dans tous nos états.

- Rien que pour ça, on voulait déjà signer, avant même que l'accord soit négocié!

Nous voilà donc rassurés pour les 14000 salariés de l'entreprise. N'en veuillez pas à nos brillants négociateurs (n'oubliez pas que ce sont vos représentants syndicaux), ils font de leur mieux même s'ils ne comprennent pas tout!

 

Amitiés à tous et à toutes

Cyril LAZARO

Repost 0
10 mars 2013 7 10 /03 /mars /2013 20:46

COMMUNIQUE DE LA CGT GOODYEAR :

M VALLS

Ministre de l’intérieur

M SAPIN

Ministre du travail, de l’emploi de la formation professionnelle

M MONTEBOURG

Ministre du redressement productif

Messieurs les ministres,

Lorsque 1300 travailleurs risques de perdre leurs emplois, lorsque des milliers de familles vivent dans la crainte d'être privé de leur moyen de subsistance et de leur dignité, lorsque les salariés exercent leur liberté de manifester et expriment leur colère face à un groupe qui veut les licencier pour faire plus de profit, un gouvernement de gauche devrait être à leur côté. Mais ce n'est pas le cas.

Au lieu de cela ce sont des centaines de CRS qui ont envahi les rues de Rueil Malmaison pour accueillir les ouvriers de GOODYEAR comme si nous étions de dangereux criminels. Alors que nous défendons l'outil industriel de la France, aucun Ministre n'était la pour nous soutenir. En revanche, celui de l'intérieur avait dépêché des unités spéciales qui manifestement n'étaient pas que charger de maintenir l'ordre.

Ce qui s'est passé hier matin devant le siège de Goodyear a Rueil Malmaison, pendant que se tenait une réunion du Comité central d'entreprise de la plus grande importance, a été voulu et pas par les salariés d'Amiens nord. Nous regrettons la violence, nous déplorons tous les blessés quels qu'ils soient et nous savons à qui ces événements profitent.

Car GOODYEAR, qui cherche par tous les moyens le dérapage, est ravi que la décision cruciale du Comité central d'entreprise et de sa nouvelle majorité, d'agir en justice pour stopper le projet de fermeture soit passé sous silence !

Pourtant, c'est ça l'essentiel, toutes les instances qui représentent les salariés de GOODYEAR en France sont désormais ensemble dans la bataille pour sauver l'emploi et dénoncer le projet de licenciements d'un groupe qui annonce en même temps plus de 1,2 milliards de dollars de profits.

Dans l’attente de vous rencontrer pour enfin entendre de vive voix vos propositions reprises en boucle dans les médias, veuillez agréer nos salutations distinguées.

LA CGT GOODYEAR

 

JOURNEE D’ACTION DU 07 MARS …SUITE…

Hier, la nouvelle journée d’action des Goodyear Amiens avait un goût particulier, nous avions à nous rappeler que cela faisait 6 ans jour pour jour que nous nous opposions aux projets de fermeture annoncés depuis 2007.

Cela n’existe nulle part ailleurs, dans aucune autre entreprise en France et même dans le monde n’existe une telle résistance organisée et intelligente !!!

Lors du CCE nous avons voté et adopté 4 délibérations votées à la majorité des membres du CCE, celles-ci vont nous permettre d’ester en justice afin de stopper net une fois encore le projet de la direction.

Au fur et à mesure que nous faisions lecture de celles-ci, nous avons constaté que les visages des 3 « dirigeants » se crispait, pour terminer blanc de blanc, la direction sait très bien que nous avons devant nous un boulevard juridique pour la faire condamner à arrêter immédiatement son projet de fermeture de notre usine, projet qui nous le rappelons existe depuis 2007….

L’activité du groupe monde explose, le groupe n’a jamais fait autant de fric, d’ailleurs le PDG du groupe monde a multiplié sa rémunération par 3 !!!!

La direction parle hier d’un plan de départ volontaires et séniors, alors que dans le même temps elle présente un projet de fermeture totale avec 1173 salariés concernés sur 1175, des volontaires dans un projet total, ou est la logique

Aucune date de l’arrêt de la production du FARM……

Tout cela est plus que bizarre et confirme que depuis le début nous sommes dans le vrai, ce projet est un nouveau énorme coup de pipeau !!!!

Nous sommes plus qu’écœurés du comportement du gouvernement qui a mis à disposition du groupe Goodyear qui veut saccager notre usine des centaines de forces de l’ordre, payées avec nos impôts !!!!

Nous demandons à l’état de facturer aux prix fort ce déploiement disproportionné, CRS, camions anti émeute, agents de la BAC….combien coute un tel dispositif

Dans le même temps le gouvernement veut faire évoluer les prix des PV, du gaz, du diesel pour renflouer les caisses dit il et dans le même temps l’état laisse des groupes comme Goodyear faire de l’évasion fiscale par centaines de milliards par an, car Goodyear a créé une structure financière au Luxembourg qui est un paradis fiscal afin de ne plus payer d’impôts dans notre pays en autre….

Le gouvernement a connaissance de cette situation mais il préfère protéger ceux qui mettent la France à genoux que de protéger les salariés qui se battent pour ne pas venir gonfler les chiffres du chômage, chiffres qui ne cessent de progresser pour atteindre plus de 10% de la population active !!!!

La CGT Goodyear demande au ministre de l’intérieur d’arrêter de provoquer les salariés de notre pays, de ne plus stigmatiser les luttes de salariés avec leurs syndicats qui s’opposent à des fermetures d’usines dans des groupes ou il y a des milliards de profits !!!

Nous adressons d’ailleurs à 3 ministères une lettre ouverte afin que cesse cette cabale qui vise à vouloir faire passer les syndicalistes pour des voyous, le gouvernement a choisi son camp, il continu et amplifie la politique menée par SARKOZY durant 5 ans, ou sont les promesses tenues devant les français au moment de la campagne ???

Nous avons de la mémoire et nous ne cesserons de dénoncer que l’état qui est à gauche mène une vraie politique de droite !!!

De même nous avons dans notre région une mairie de gauche à Amiens, un conseil régional à gauche, un conseil général à gauche et nous n’avons pas ou peu de retour voir de soutiens…..

Pire encore depuis le 31 janvier 2013, le gouvernement notamment Montebourg et Sapin, ne cessent de dire, nous avons la volonté de trouver une solution, de rassembler tous les acteurs, mais jamais nous n’avons eu l’ombre d’un début de quelque chose, pas un seul appel, pas un seul rendez-vous, juste de grandes déclarations devant les médias, le gouvernement continu à dire des choses et faire totalement le contraire !!!!

La vérité est simple à comprendre….

S’il y a eu des affrontements entre les forces de l’ordre et les salariés Goodyear l’unique responsable de cela est DUMORTIER, qui le 31 janvier 2013 a annoncé un projet de fermeture de notre usine…. Le groupe Goodyear depuis 6 ans s’acharne à vouloir détruire notre usine, de 2007 à 2012 nous avions face à nous un gouvernement de droite et donc nous savions que nous n’avions rien à attendre d’eux, mais avec un gouvernement de gauche nous aurions pu penser que nous aurions un peu de soutien, la seule chose dont est capable ce gouvernement HOLLANDE c’est d’envoyer des centaines de CRS venus pour en découdre avec les Goodyear !!!!

Nous avons des vidéos ou des CRS insultes de tous les noms des salariés pour les provoquer, le but, faire péter les plombs aux salariés devant les médias afin d’obtenir des articles qui condamnent l’attitude des salariés de Goodyear Amiens !!!

En attendant, nous avons hier obtenu ce que nous voulions c'est-à-dire les moyens de mettre un terme à la nouvelle procédure mise en œuvre par GDTF et nous le répétons, nous sommes très très très fiers d’être vos élus !!!!

Nous apportons tout notre soutien aux salariés blessés par les forces de l’ordre et nous terminons par dire que nous sommes d’accord pour dire que la violence n’est pas acceptable, mais la première violence est celle qui est faite aux salariés depuis 2007 ou la direction ne cesse de harceler le personnel !!!!

Les médias ont très souvent oublié durant ces 6 ans de combat de souligner que les salariés Goodyear sont des salariés dignes et qui défendent avec beaucoup de respect leur droit à travailler, est-ce un acte condamnable de ce battre pour garder le droit de vivre

Nous tenons aussi à vous dire que les transports en cars ont été conformes aux engagements de chacune et chacun d’entre vous et que nous allons donc pouvoir très prochainement retourner devant le siège de GDTF pour la prochaine réunion de CCE.

Voici un résumé de cette journée, BRAVO encore pour votre détermination à ne pas laisser la direction dérouler son projet de fermeture, nous condamnons au passage l’attitude scandaleuse de ceux qui militent pour le projet de la direction en validant toutes les décisions prises par celle-ci et en votant contre toutes nos délibérations hier lors du CCE et ce matin en CE !!!!

A suivre….

LE SEUL ET UNIQUE SYNDICAT SUR AMIENS NORD VOTRE CGT

 

Source http://blog.cgt-goodyear-nord.com/

Repost 0
Published by Cyril LAZARO - dans cgt goodyear amiens
commenter cet article
10 mars 2013 7 10 /03 /mars /2013 20:10

LA FRANCE VUE D'AILLEURS  

Pôle emploi, un lieu "kafkaïen" et "ubuesque"

Le regard de la presse étrangère sur l'Hexagone cette semaine : Le Temps rapporte la désespérance des chômeurs français, Spiegel Online est bluffé par "la grande dame à la tête de l'institution financière la plus puissante du monde" et le Corriere della Sera voit dans l’affaire Arnault une histoire belge.
Un dessin de Barrigue, Vigousse, Lausanne
Un dessin de Barrigue, Vigousse, Lausanne

Des chômeurs face à un mur Radiations en masse, mauvais calculs des indemnités, accueil défaillant, manque de formation des agents, etc. Pôle emploi cumule les dysfonctionnements alors que la France frôle les records historiques du chômage, s’étonne Le Temps. Le quotidien suisse raconte la désespérance des sans-emplois dans le Languedoc-Roussillon, région où le chômage culmine à 13,8 %. "Les qualificatifs 'kafkaïen' et 'ubuesque' surgissent immanquablement dès que les usagers se mettent à raconter leur histoire”, écrit le journal qui rappelle l’immolation à la mi-février d’un chômeur en fin de droits devant une agence de Nantes. Le Temps explique que, malgré l’échec patent de cette structure née fin 2008 de la fusion de l’ANPE et des Assedic, le gouvernement actuel n’a pas l’intention de la réformer en profondeur. Des changements sont cependant en cours, notamment une augmentation des effectifs. "Insuffisants", affirment plusieurs spécialistes interviewés. Le quotidien suisse constate : "En France, c’est presque devenu un adage : tout le monde sait qu’il ne faut surtout pas compter sur Pôle emploi pour retrouver un travail."

Lagarde superstar
"Est-ce l’instinct féminin à l’œuvre, ou est-elle tout simplement intelligente ?” s’interroge Spiegel Online qui, dans un long portrait, explique comment Christine Lagarde a réussi à s’imposer à la tête du FMI, une institution où 80 % des postes de direction sont tenus par des hommes. Un succès qui n’était pourtant pas évident : l’ex-ministre des Finances française au bilan mitigé s’est soudainement retrouvée à gérer mille milliards de dollars de prêts disponibles ainsi qu’à traiter des questions de politique monétaire et financière d’une institution qui compte 188 Etats membres. "Lagarde ne peut pas assurer de grands débats économiques comme son prédécesseur, Dominique Strauss-Kahn, qui était traité d’égal à égal par les plus grands économistes du FMI. (…) Mais elle écoute beaucoup et soutient l’opinion qui lui paraît la plus juste. (…) Elle ne se plonge pas dans les détails techniques. Ce qui lui laisse les mains libres pour ce qu’elle sait faire le mieux : représenter le FMI et, avant tout, annoncer les mauvaises nouvelles." Une stratégie qui lui vaut beaucoup d’amis, en tête desquels son "partenaire le plus important”, le ministre  des Finances allemand, Wolfgang Schäuble. 


Moules-frites Pour le quotidien italien Corriere della Sera, les difficultés que rencontre le Français Bernard Arnault, patron du groupe de luxe LVMH, à obtenir la nationalité belge (après un avis négatif du parquet de Bruxelles, une commission parlementaire devrait statuer sur sa demande de naturalisation) s’expliqueraient en partie par la "rancune séculaire belge" à l’encontre des voisins français. Un sentiment qui se trouverait à mi-chemin entre le "dépit" et l’"affection" envers une France qui, "du haut de sa grandeur, ne voit bien souvent dans la Belgique rien d’autre qu’une marmite de moules, une pinte de bière et un cornet de frites".
Source courrierinternational.com
Repost 0
Published by Cyril LAZARO - dans Réflexions
commenter cet article
10 mars 2013 7 10 /03 /mars /2013 20:04

Goodyear : Valls promet des poursuites après les violences

La manifestation des salariés de Goodyear, jeudi au siège à Rueil-Malmaison, a dégénéré en affrontements contre les CRS.
La manifestation des salariés de Goodyear, jeudi au siège à Rueil-Malmaison, a dégénéré en affrontements contre les CRS.

 

Pneus brûlés, jets de bouteilles mais aussi de plaques d'égout en fonte et de projectiles lourds, gaz lacrymogène, canons à eau… D'une rare violence, les altercations qui ont éclaté jeudi soir entre les salariés de l'usine Goodyear d'Amiens-Nord et les forces de police devant le siège du fabricant de pneus à Rueil-Malmaison ont fait dix-neuf blessés dans les rangs de la police, selon elle, et conduit à l'hospitalisation de cinq manifestants, selon les syndicats.

L'affaire a déclenché une vive polémique au sein de la gauche. «C'est la manifestation la plus violente» contre les forces de l'ordre «qu'on ait eue à Paris depuis au moins quatre ou cinq ans», a assuré la préfecture de police de Paris. «C'était très rugueux, raconte un policier. Deux compagnies de CRS se trouvaient au contact. Parmi les policiers blessés, un officier a dû être hospitalisé pour un traumatisme crânien.»

«Immense désespoir»

Alors que la CGT dénonce un «déchaînement de violences policières» qui «n'était pas du fait des salariés» selon Mickaël Wamen, délégué CGT d'Amiens-Nord, les policiers soulignent avoir été l'objet d'une agression en règle. Les responsables CGT ont demandé l'ouverture d'une enquête. Sur le petit millier de manifestants présents, tous n'étaient pas salariés de Goodyear. «Beaucoup viennent d'autres sites en lutte chez PSA-Aulnay ou ArcelorMittal», précise un officier de la Direction de la sécurité de police d'agglomération parisienne (DSPAP). Une trentaine ont «été identifiés comme des individus violents», ajoute-t-il, présents à chaque conflit de ce type. Connus des services, souvent mis en examen pour de précédents débordements, ces bras durs de la CGT et de Lutte ouvrière se retrouvent souvent à faire le coup de poing aux côtés des anarcho-syndicalistes.

Chez les responsables syndicaux, on avoue «être un peu dépassés par l'immense désespoir» des salariés, avec «une difficulté à tenir les rangs». Avec parfois des justifications pour le moins étonnantes. «C'est toujours malheureux qu'il y ait des blessés, j'aurais aimé que ça se passe mieux, déplore Virgilio Mota Da Silva, délégué SUD. Mais on ne demandait pas aux policiers d'être là. Sans eux, on aurait pris d'assaut le siège, pour mettre un maximum de pression sur les trois ou quatre responsables qui préparent un projet visant à nous saigner. On les aurait séquestrés jusqu'à ce qu'on trouve une solution, mais on les aurait bien traités…»

1173 emplois menacés

Les échauffourées, survenues lors d'un nouveau comité central d'entreprise (CCE) sur le projet de fermeture du site qui menace directement 1173 emplois, n'ont pas manqué d'enflammer aussi la sphère politique. Le ministre de l'Intérieur, Manuel Valls, a promis des poursuites contre les manifestants. «Je peux comprendre et entendre la colère et le désarroi, mais la violence est inacceptable dans une démocratie», a-t-il dit avant d'ajouter: «C'est un message de fermeté. Il est inacceptable qu'on s'attaque aux forces de l'ordre uniquement pour faire mal, pour casser.» Une position critiquée par le Nouveau Parti anticapitaliste, qui l'accuse d'être «un bon petit soldat du capital». Les dissensions à gauche n'ont donc pas tardé, puisque la fermeté du ministre intervient alors que la proposition de loi d'«amnistie sociale» a été adoptée au Sénat le 26 février, pour amnistier les infractions commises dans le cadre d'actions syndicales. Dès lundi, Valls s'était dit «sceptique» sur ce principe, lui préférant «le dialogue social». «Je suis désolée que cette loi ne fasse pas plaisir à M. Valls, a ironisé la députée (PCF) de Seine-Saint-Denis, Marie-George Buffet, mais il faut savoir pourquoi on a mis la gauche au pouvoir.» Selon elle, «il faut comprendre qu'au bout d'un moment, lorsqu'on sait que son entreprise va fermer, qu'on va perdre son emploi, les nerfs craquent».

De son côté, Najat Vallaud-Belkacem, porte-parole du gouvernement, a réfuté tout lien entre les violences survenues chez Goodyear et le projet d'«amnistie sociale». «La loi porte sur des infractions bien précises, uniquement des atteintes aux biens effectuées dans le cadre d'actions syndicales entre 2007 et février 2013, a-t-elle dit. Cela n'est pas un blanc-seing pour les atteintes aux personnes, sûrement pas. Quant à Goodyear, on ne peut évidemment pas excuser les atteintes aux officiers de police.»

Source lefigaro.fr

Repost 0
Published by Cyril LAZARO - dans politique générale
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Cyril LAZARO
  • Le blog de Cyril LAZARO
  • : Le blog d'un militant syndicaliste en lutte pour plus de justice sociale à Disneyland Paris. Réflexions, revendications, humour et amitiés
  • Contact

Carte visiteurs blog

Recherche

Nombre de visiteurs

Nombre de pages vues