Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
26 mars 2014 3 26 /03 /mars /2014 15:47

Nouvelle journée, et nouvelle sanction disciplinaire pour Cyril LAZARO.

Ce coup ci, la sanction est financière. Ce sont près de 12 heures de délégation que Cyril LAZARO va devoir rembourser de sa poche, soit l'équivalent de son augmentation annuelle de salaire.

Non ou plutôt oui, c'est un rêve devenu réalité, Cyril LAZARO en salarié modèle va restituer son augmentation de salaire annuelle à son employeur. "C'est un devoir de solidarité auquel je me livre... la Société va mal, l'employeur ne sait plus trop ou trouver du pognon, les clients ne dépensent pas assez, il reste donc les salariés pour combler le déficit chronique de l'entreprise."

"Lors de la création de la CNT Solidarité Ouvrière, l'employeur avait déjà osé demandé 2500 euros qu'il n'a pas eu, alors il se rattrape comme il peut.

Etant donné que la Haute Direction a laissé entendre qu'elle ne s'augmenterait pas cette année, j'ai jugé nécessaire d'en faire autant... LOL"

Ce qui m'étonne le plus, c'est que la Direction ne fasse pas la même chose avec tous les représentants syndicaux. J'ai personnellement contrôlé le pointage d'un éminent représentant syndical qui a laissé apparaître qu'en 2012, ce représentant avait pointé 17 fois en tout et pour tout entre le 1er janvier 2012 et le 30 septembre de la même année.

Croyez moi si vous le pouvez, aucune sanction disciplinaire, aucun rappel de procédure, aucune sanction financière à son encontre.

Que Disney continue ainsi, et plus dur sera le réveil.

Je ne blâmerai pas ma jeune RH qui a fait ce qu'on lui a demandé de faire. Il est de nos jours impossible d'être RH et d'avoir un sens de l'honneur qui permette de dire non aux ordres reçus, triste réalité d'un monde de plus en plus déshumanisé.

Dans le même temps j'apprends que la Direction ouvre une négociation vendredi sur la rénovation des relations sociales.

Quelle rénovation? Il n'y a rien d'autre que du vieux à proposer, et ce "vieux" a moisi avec le temps, le pire a pris le pas sur l'amélioration.

Ah, si seulement j'avais pillé le Comité d'Entreprise! J'aurai sans doute droit à une bien plus grande considération, les laquais de la Direction feraient des courbettes devant moi, et la Direction elle même m'inviterait comme un de ses semblables.

La guerre est donc déclarée. Je n'ai rien à perdre et tout à gagner, et c'est tout le contraire pour la Direction.

Jouons donc au chat et à la souris, rira bien qui rira le dernier!

Amitiés à tous et à toutes

Cyril LAZARO

RSS CNT Solidarité Ouvrière à Disneyland Paris

 

sanction-001--2-.jpg

Repost 0
25 mars 2014 2 25 /03 /mars /2014 21:13

Voici un article qui ne mange pas de pain, mais qui me fait plaisir.

Tout dans ce monde n'étant que communication, Disneyland Paris aura fort à faire dans les temps à venir avec la CNT Solidarité Ouvrière sur ce plan là, je le sais, ils le savent, et tôt ou tard cette confrontation aura lieu, bon gré, mal gré, l'entreprise n'y échappera pas.

Ceci étant dit, l'article du jour va parler de la sécurité au travail.

La sécurité est une des priorités de l'entreprise, Philippe Gas l'a proclamé haut et fort, suite à quelques incidents qui se sont produits sur les attractions du Parc et qui avaient défrayé la chronique.

Le risque zéro n'existant pas, il faut reconnaître que l'entreprise a mis de gros moyens financiers pour limiter les risques, et derrière l'ensemble de ces efforts, ce sont des hommes et des femmes qui tiennent leur rôle du mieux ou du moins pire possible, selon le niveau de compétence et de professionnalisme dont ils font preuve.

Ces efforts méritent naturellement une récompense, un petit signe de reconnaissance qui sert aussi à la communication interne sur le sujet au sein de l'entreprise et vis à vis de l'extérieur.

Voici donc  ce que les salariés s'attendaient à découvrir dans le journal interne de l'entreprise "Backstage"...

amadou-recompense.jpg

 

Une superbe photo à la mise en forme soignée, un décor théatral et le sigle DSST en fond d'écran, signe de l'engagement réel de l'entreprise et de la division Santé et Sécurité au Travail. Une belle remise de prix où tout le monde a gagné, quel que soit le niveau d'implication dans le processus sécuritaire, une campagne classique de communication faite par des professionnels chevronnés, le haut de gamme "made in Disney", l'image qui devait faire rêver la ménagère de moins de 50 ans, et laisser le petit salarié ébloui par les ors non pas de la République, mais de la grande Société qu'est la Walt Disney Company.

Malheureusement, et je n'ose imaginer que l'article  Disneyland Paris : Amadou N'Diaye et Stéphane Lamadon récompensés! que j'avais écrit il y a quelques jours afin de devancer la publication de mon employeur n'ait perturbé ce magnifique projet.

Au final, voici ce à quoi les salariés ont eu droit dans la revue de communication interne de l'entreprise...

recompense.jpg

Nous parlons toujours de la sécurité et du travail accompli par des salariés du terrain. Le cadre de la photo est un peu moins glamour et les participants ne sont plus les mêmes. Les statuettes semblables aux oscars hollywoodiens ont disparu, mais bon, l'essentiel est là, tout le monde a gagné!

Pour tous les salariés qui ne suivent pas ce blog, ils n'y verront que du feu, tout est dans l'illusion.

Pour ceux qui suivent ce blog, ils comprendront très vite que pour un évènement similaire, une remise de récompense en l'occurence, il existe une communication officielle et une communication officieuse, la récompense des grands et la récompense des petits, la classe dirigeante et la classe exécutante.

Je n'irai pas jusqu'à dire que les uns méritent ou déméritent plus que les autres, je dirai simplement que "nous n'avons pas les mêmes valeurs"...

Amitiés à tous et à toutes

Cyril LAZARO

RSS CNT Solidarité Ouvrière à Disneyland Paris

Repost 0
19 mars 2014 3 19 /03 /mars /2014 07:08

Euro Disney va être jugé pour discrimination à l'embauche

La société Euro Disney sera jugée pour discrimination pour avoir publié en septembre 2006 dans un quotidien national gratuit trois offres d'emplois réservés à des citoyens européens. Elle proposait des contrats à durée déterminée à des danseurs, jongleurs, marionnettistes et échassiers « de nationalité européenne » pour les parades de son parc d'attractions.

L'association SOS Racisme avait déposé plainte pour discrimination à l'embauche en raison de la nationalité contre Euro Disney auprès du parquet de Meaux (Seine-et-Marne) en février 2007.

 SEPT ANS DE PROCÉDURE

Après sept ans de procédure, un juge d'instruction a finalement ordonné au début de mars le renvoi en correctionnelle de l'affaire. Selon une source judiciaire, le parquet avait requis le non-lieu en novembre 2013.

Les méthodes du groupe sont « illégales et révèlent la volonté de Disney de diminuer sa part de salariés non européens, en particulier d'origines maghrébine et africaine, pour mieux correspondre à sa clientèle, principalement européenne », a dénoncé Samuel Thomas, vice-président de la fédération nationale des Maisons des potes, proche de SOS Racisme, qui s'est constituée partie civile dans cette affaire en 2012.

En 2009, l'association SOS Racisme avait accusé le groupe de loisirs d'avoir utilisé des fichiers à caractère ethno-racial pour cibler ses recrutements dans un rapport remis au délégué interministériel pour l'égalité des chances des Français d'Outre-mer. La direction d'Euro Disney avait nié ces accusations.

Source lemonde.fr

 

SOS Racisme accuse Disneyland Paris de discrimination

L'association porte plainte contre Disneyland Paris pour discrimination à l'embauche. SOS Racisme accuse le parc d'attraction de Marne-la-Vallée d'avoir "filtré" les candidatures lors d'un recrutement pour ses parades costumées.

C'est une petite annonce publiée en septembre 2006 dans le journal 20 Minutes qui a mis le feu aux poudres. _ A l'époque, le parc de Marne-la-Vallée (Seine-et-Marne) recherche des milliers de figurants pour ses parades costumées. Dans son offre d'emploi Disney invite les danseurs, jongleurs, marionnettistes à se présenter avec leur cv. _ Deux conditions : être majeur et de “nationalité européenne”. C'est cette formule qui a fait tiquer SOS Racisme. L'association a porté plainte le 12 février 2007 pour refus d'embaucher en raison de la nationalité des candidats. Les antiracistes accusent Disney de vouloir décourager les candidatures de jeunes Français d'origine maghrébine ou africaine.

Le Parquet de Meaux a ouvert une information judiciaire. A ce jour, il n'y a pas de mise en examen. De son côté, Disneyland nie toute discrimination. L'entreprise se retranche derrière les lois sur l'embauche au sein de l'Union européenne. Pour preuve de sa bonne foi, elle avance les 100 nationalités de ses quelque 13.000 salariés. Sandy Dauphin avec Stéphane Pair de France Bleu Ile-de-France

Source franceinfo.fr

Repost 0
8 mars 2014 6 08 /03 /mars /2014 09:11

L'Hôtel New York a été récompensé lors de la remise des récompenses de je ne sais pas trop quoi, évènement interne à l'entreprise, organisé par je ne sais qui, ni dans quel but.

Le fait est que ce type de manifestations qui alimente le journal de propagande interne de l'entreprise "backstage", coûte une petite fortune, sommes que les salariés ne retrouvent naturellement pas sur leurs fiches de paye lors de la négociation annuelle des salaires.

Cette année, l'entreprise envoye un message très fort à l'ensemble des salariés en récompensant Amadou N'Diaye, secrétaire de la CGT de l'entreprise, et Stéphane Lamadon, Directeur de l'Hôtel New York.

Bravo donc à ces deux lauréats qui je le rappelle au passage, étaient respectivement secrétaire du Comité d'Entreprise et président du Comité d'Entreprise entre 2006 et 2009, les années fastes en termes de disparition d'argent au sein de cette institution.

Comme quoi, l'Entreprise n'est pas rancunière : tout est possible, tout est réalisable, c'est le jeu de la Vie.

Petit message à la Direction de Disneyland Paris : encore un petit effort, et en novembre 2014, après les élections professionnelles, vous allez pouvoir remettre le couvert!

Amitiés à tous et à toutes

Cyril LAZARO

 

amadou-recompense.jpg

Repost 0
8 mars 2014 6 08 /03 /mars /2014 09:08

Sans commentaire... le document visant à récompenser le travail des salariés se suffit à lui-même.

Amitiés à tous et à toutes

Cyril LAZARO

 

NAO-2014_FR-1.jpg

Repost 0
8 mars 2014 6 08 /03 /mars /2014 08:47

Ah, Disneyland Paris, pays magique où pendant que certains se gargarisent de leurs turpitudes en toute impunité, d'autres subissent la loi implacable des chefaillons et de leurs donneurs d'ordre.

Ci dessous, vous trouverez un rappel de procédure, symbole du quotidien des salariés de l'entreprise. J'ai personnellement la chance d'y avoir droit à la moindre anomalie de badgeage (le deuxième en 3 ou 4 ans), peut-être parce que j'écris des choses qui dérangent... il y a là sans doute un lien de cause à effet!

Je ne saisirai pas l'inspecteur du travail sur le sujet, car la réponse est familière, l'employeur est dans son bon droit...

Mon malheureux manager, Pascal Simon, contraint de me sanctionner à l'insu de son plein gré a cru bon de justifier ce geste en me signalant que lui aussi avait reçu un rappel de procédure par ma faute. En effet, il y avait eu une question en Délegué du personnel sur le fait qu'un manager avait sorti un camion entier de matériel de l'entreprise pour fêter son anniversaire...

Il a donc eu un rappel de procédure pour cela, croyez-moi, j'en suis désolé pour lui. Mais l'entreprise n'étant pas trop regardante, il se murmure qu'il va avoir une promotion sous peu en prenant la Direction de la maintenance de l'ensemble des Hôtels.

Deux sanctions disciplinaires de même niveau pour des faits dont la gravité doivent être somme toute de niveau équivalent au regard de l'employeur.

Mais rassurez-vous, pour ma part, je n'aurai pas droit à une promotion...

Amitiés à tous et à toutes

Cyril LAZARO


rappel-de-procedure.jpg

Repost 0
5 mars 2014 3 05 /03 /mars /2014 20:34

Aujourd'hui s'est déroulée une nouvelle réunion surréaliste à Disneyland Paris.

Le PDG Philippe Gas a réuni l'ensemble des organisations syndicales de l'entreprise.

A l'ordre du jour, une lettre et des photos pouvant porter atteinte à l'image de l'entreprise et du vice président des ressources humaines.

Ton menaçant de rigueur, vis à vis des organisations syndicales qui auraient pu alerter le journal Le Parisien sur ce nouvel épisode qui ébranle un peu plus la façade lézardée de l'entreprise.

Heureusement, l'ancien secrétaire CGT Amadou N'Diaye du Comité d'Entreprise mis en examen et sous contrôle judiciaire dans le cadre du dossier des malversations de ce même Comité d'Entreprise, a réaffirmé tout son soutien au Vice Président des Ressources Humaines Daniel Dreux.

Pour mémoire, quelques mois avant qu'éclate le scandale du Comité d'Entreprise, Amadou N'Diaye et Daniel Dreux avaient signé un accord atypique, accordant une rallonge de 500 000 euros au Comité d'Entreprise dont monsieur Amadou N'Diaye assurait le rôle de secrétaire.

Le décor étant planté, je n'écris pas cet article pour faire de la presse poubelle, bien au contraire.

Je m'adresse à Philippe Gas, PDG de l'entreprise pour lui suggérer de s'engager sur de vrais chantiers tels que les suicides de salariés de l'entreprise.

Voilà une cause qui mérite un véritable engagement et qui nécessite de réunir les organisations syndicales sur un vrai sujet. Où en est-on à ce jour?

Des salariés continuent à se suicider sans qu'aucune réunion ne soit organisée, sans que les représentants du personnel ne soient prévenus.

Je n'ai sans doute pas les mêmes priorités que vous, monsieur Philippe Gas, je n'ai peut-être pas les mêmes préoccupations non plus.

Mais vous avez entre les mains le pouvoir de changer les choses et cela me désespère de vous voir utiliser ce pouvoir à défendre des causes qui ne changeront rien pour les salariés, et je vous vois déserter les combats qui mériteraient à mon sens, toute votre attention, des combats qui grandiraient l'entreprise s'ils étaient menés.

A choisir entre des photos et une vie humaine, où penche votre coeur?

Ne venez pas me chanter que vous avez mis en place Team Talent, programme qui n'a rien apporté de concrêt sur le terrain ou dans la vie des salariés.

Ne venez pas me chanter que vous avez mis en place une cellule de soutien psychologique des salariés. Des salariés viennent me voir et me demandent de ne pas intervenir de peur que leurs conditions de travail empirent par mesure de rétorsion. Si les salariés demandent aux représentants du personnel de ne pas intervenir, comment pouvez-vous croire qu'ils vont téléphoner à des étrangers pour se confier.

Ne venez pas me chanter que vous avez donné des heures aux représentants du personnel pour les risques psychosociaux. La plupart de ces heures de délégation s'apparentent à des heures passées hors de l'entreprise et vous le savez très bien. Le peu de représentants du personnel qui osent encore dire les choses sont ceux qui se font discriminer en toute impunité par leurs supérieurs hiérarchiques, et cela aussi vous le savez très bien.

Monsieur Philippe Gas, je ne vous envie pas. Vous gâchez votre vie alors que vous avez la chance de pouvoir changer la vie des salariés qui travaillent dans la Société que vous présidez.

Je vous demande donc, monsieur le Président Directeur Général, de poursuivre l'effort que vous venez d'amorcer pour secourir un salarié de l'entreprise, aujourd'hui votre vice président des Ressources Humaines, et de prendre pour l'avenir l'engagement de réunir l'ensemble des organisations syndicales à chaque fois qu'un salarié se suicide.

Vous serez alors en accord avec un ordre de priorité que personne ne pourra contester.

Recevez mes sincères salutations et permettez moi de conclure par la formule consacrée :

Amitiés à tous et à toutes

Cyril LAZARO

Repost 0
26 février 2014 3 26 /02 /février /2014 17:28

La guerre des élections professionnelles vient d'être lancée à Disney.

Qui dit élections, dans le petit monde syndical, dit Comité d'Entreprise. L'actuelle secrétaire du Comité d'Entreprise, élue CFDT, sonne la charge avec un communiqué de presse et un bulletin d'information du Comité d'Entreprise. La CGT réplique avec une mise en demeure.

Je rappelle pour mémoire que les petits camarades de la CGT m'ont assigné devant la 17ème chambre correctionnelle de Paris le 9 mai 2014 pour diffamation... je dois leur faire plus peur que la CFDT!

Mais chaque chose viendra en son temps et on saura ce jour là qui est qui, et qui a fait quoi, devant la presse et sous le sceau du serment.

Pour en revenir aux échanges entre la CFDT et la CGT, il est regrettable de voir qu'il ait fallu tant de temps pour que les camarades de la CFDT montent au crêneau face à la gestion de leurs prédécesseurs. Mieux vaut tard que jamais me direz-vous, mais dans ce cas précis, attendre l'année des élections pour faire semblant de se mouiller alors que tout le travail pour dénoncer les malversations du Comité d'Entreprise a été fait par d'autres, c'en est presque risible.

Si j'étais un tantinet taquin, je dirai que la secrétaire CFDT qui se targue d'une gestion exemplaire n'a pas eu droit à un accord atypique de la part de la Direction avec 500 000 euros de subventions supplémentaires pour bonne gestion, ce qui a été le cas sous la précédente mandature avec le secrétaire de la CGT.

Il faut croire que la gestion de la secrétaire CFDT n'est pas assez bonne aux yeux de la Direction de Disneyland Paris...

Trève de plaisanterie, je vous laisse découvrir les échanges de tract et de courrier entre les deux parties, que du plaisir pour ceux qui suivent ce dossier ubuesque : la disparition magique de l'argent du Comité d'Entreprise au pays désenchanté de Disneyland Paris.

Amitiés à tous et à toutes

Cyril LAZARO

 

-communique-de-presse.ce-disney.jpg

bullein-info-ce-disney.jpg

Mme-Germaine-Cisse-21-02-2014.1.jpg

Mme-Germaine-Cisse-21-02-2014.2.jpg

-courrier-a-Mme-presidente-CE-21-02-2014.1.jpg

-courrier-a-Mme-presidente-CE-21-02-2014.2.jpg

Repost 0
13 février 2014 4 13 /02 /février /2014 19:48

En matière de tracts syndicaux, Disneyland Paris poursuit son ascension vers des sommets inégalés. Que les journaux des camarades ne parlent plus de l'entreprise, cela faisait un moment que nous nous y étions habitués. Un beau gâchis, soit dit en passant. Des 4 pages couleurs qui parlent de tout sauf de l'entreprise, on comprend mieux le désintérêt des salariés pour une telle littérature.

Mais aujourd'hui, ce sont les camarades de la CFTC qui créent le buzz en distribuant un journal dont l'edito porte sur les préservatifs, et de la parole à l'acte il n'y avait qu'un pas à franchir, ils l'ont fait!

Les salariés vont pouvoir fêter dignement la Saint Valentin, les capotes sont offertes.

Vive le syndicalisme actif! Bougez avec la CFTC!

Bien sûr, les mauvaises langues diront qu'un journal militant aurait pu parler de la restructuration de la maintenance hôtelière à Disneyland Paris, où quelques 300 salariés se demandent ce qu'ils vont devenir, de l'incorporation des personnages qui animaient les hôtels au bâtiment Parade, des mauvais résultats de l'entreprise sur l'année 2013, des 8000 embauches de salariés annoncées par l'employeur, des revendications salariales pour 2014, de la renégociation de la prime d'intéressement que les salariés ne toucheront jamais, etc... A priori, ce ne sont pas les sujets qui manquent.

On aurait même pu espérer du croustillant sur les malversations du Comité d'Entreprise.

Que nenni! A Disneyland Paris, entreprise où la famille est un coeur de cible, c'est la capote qui fait la Une.

Je ne vais pas être plus sarcastique, cela serait trop facile et ça n'amènera rien de plus au débat sur le niveau de compétence des organisations syndicales de Disney dont la représentante de la CFDT disait "on nous fait passer pour des analphabètes".

Comment? Qui a osé dire que dans "analphabète" il y avait "phabète"? Pourquoi... vous l'écrivez en deux mots? Quel rappot avec la capote?

Pour conclure brièvement, vous trouverez ci dessous la première page du journal de nos camarades de la CFTC, dont quelques salariés ont cru voir un lien de cause à effet entre le premier article sur la capote et le second article sur l'ouverture de la négociation annuelle des salaires.

Effectivement, on pourrait penser qu'il y a là un code secret, et qu'en fait le journal de la CFTC doit être lu à plusieurs niveaux, avec différents degrés de profondeurs...

Vous trouverez également un scan de l'objet de toutes les convoitises, à savoir la capote CFTC, que je n'ai pas ouverte, je ne pourrai donc pas vous dire s'il y a quelque chose d'écrit dessus...

Au fait, avant d'oublier, certains collègues de travail m'ont demandé s'il serait possible que le Comité d'Entreprise offre des sex toys en fin d'année?

Voilà, le message est passé, c'était en direct de Disneyland Paris où le mieux vivre ensemble prend de nouvelles connotations... plus intimes dirons-nous.

Amitiés à tous et à toutes

Cyril LAZARO

 

capote-cftc.jpg

 

journal-cftc.jpg

Repost 0
13 février 2014 4 13 /02 /février /2014 19:15

Chez Disneyland, l'assemblée générale en version fan

Il faut le voir pour le croire: des danseurs, de la musique, des fans qui font la queue pour une photo avec le PDG comme ils le feraient avec Mickey. L'assemblée générale des actionnaires de Disneyland Paris est un spectacle unique dans le monde financier.

Dans un grand auditorium du Walt Disney Studio à Marne-la-Vallée, un bon millier d'actionnaires étaient réunis mercredi pour ce rendez-vous annuel qui donne droit à une entrée gratuite valable toute la journée sur le site.

Assise sur les genoux de sa maman, une fillette attend le début du show. "Ca va venir", lui dit la maman.

"Le spectacle fait partie intégrante de l'assemblée générale. C'est une promesse tacite. Notre AG reflète la culture de l'entreprise", explique le porte-parole d'Euro Disney, la société qui exploite Disneyland.

La potion du jour comprend bien sûr des aspects formels. Devant un parterre bigarré où les costumes sont rares, le PDG Philippe Gas évoque le chiffre d'affaires, la perte d'exploitation, la perte nette... Disneyland a perdu un million de visiteurs avec la crise en 2013, passant à un peu moins de 15 millions.

La présidente du Conseil de surveillance, Virginie Calmels, juge "décevant" qu'il n'y ait toujours pas de bénéfice net. "Je ne suis pas la Fée clochette", lance-t-elle à un actionnaire désireux de savoir quand ce jour viendra.

Le dernier exercice à l'équilibre remonte à 2008. La dette reste colossale. Les actionnaires n'ont jamais vu le début d'un dividende en deux décennies. Mais Sylvie Gavel s'en fiche. Grande fan de Mickey, Pluto, Nemo & Co, cette femme de 57 ans vient chez Disneyland "toutes les semaines depuis vingt ans" et détient des actions "depuis le début", même si cet investissement s'avère "une catastrophe financière", dit-elle.

"Mes actions ne valent plus rien mais ce n'est pas grave. On récupérera peut-être dans 50 ans", confie Sylvie. Ce qu'elle préfère, c'est l'attraction "Pirate des Caraïbes" qu'elle fait chaque semaine. Elle collectionne aussi les Pin's de Disney qu'elle range par thèmes dans des classeurs.

Mickey, Minnie et Ratatouille

Didier Berger, policier de 38 ans venu de Lyon, est lui aussi un fan. "J'assume", lance-t-il. Au travail, il porte volontiers ses sweatshirts Disney. Son banquier n'a pas essayé de le dissuader d'investir dans Euro Disney: "je lui ai dit +je m'en fiche du dividende, ce n'est pas un placement. Disney c'est ma jeunesse, mon patrimoine". En décembre, Didier a fêté son anniversaire chez Mickey.

Euro Disney compte plus de 60.000 petits actionnaires, dont l'essentiel sont des fans, qui profitent ainsi d'avantages. Au micro mercredi, l'un réclame une réduction sénior, l'autre une réduction fidélité.

"On va regarder cela", répond le PDG.

Devant son auditoire, il déroule le rêve Disney avec ferveur. "Cette entreprise c'est ma vie", dit-il. On le croit. Philippe Gas vante "la capacité de Disneyland à donner de l'enthousiasme et du bonheur aux visiteurs". Il souligne le demi-milliard d'euros d'investissements réalisés pour des rénovations et des innovations depuis son arrivée aux commandes de la maison en 2008 -- "On ne rigole pas avec l'investissement".

Sur les genoux de sa maman, la fillette s'impatiente. Mais son supplice prend fin.

"Le moment est venu de partir au pays fabuleux de Rémy !", le petit rat de Ratatouille, annonce le PDG. Applaudissements. Disneyland Paris inaugurera cet été un nouveau quartier sur la thématique du héros imaginé par Pixar avec une méga-attraction et un restaurant dédié - pour un coût excédant 150 millions d'euros...

Ravis, les actionnaires découvrent dans un petit film animé quelques coulisses du chantier de "rat-a-too-ee" (la prononciation de Ratatouille en anglais, précisée comme telle sur l'écran, NDLR).

La musique crache. Puis arrive sur scène une vingtaine de danseurs acrobates, chacun affublé d'une toque, en écho au rat Rémy perdu dans un grand restaurant parisien. Sur un air invoquant même le french cancan, ils sautent, dansent, arborant des couteaux géants, des carottes, des fourchettes, des aubergines... Mickey et Minnie s'invitent à la fin du show. Les fans sont en joie.

En quittant la salle, l'un des actionnaires regrette que des toques n'aient pas été distribuées. L'an dernier, ils étaient repartis avec des oreilles de Mickey clignotantes.

Source lepoint.fr

Repost 0

Présentation

  • : Le blog de Cyril LAZARO
  • Le blog de Cyril LAZARO
  • : Le blog d'un militant syndicaliste en lutte pour plus de justice sociale à Disneyland Paris. Réflexions, revendications, humour et amitiés
  • Contact

Carte visiteurs blog

Recherche

Nombre de visiteurs

Nombre de pages vues