Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
26 décembre 2013 4 26 /12 /décembre /2013 19:08

Le patron de Disney se serre (un peu) la ceinture

En 2013, le pdg de Disney, Bob Iger, a dû se sacrifier avec une baisse de son salaire de 15%...ce qui porte celui-ci à 34,3 millions de dollars. Si celui-ci est stable sur une année à 2,5 millions de dollars, il a été estimé ayant dépassé ses objectifs à 115%, alors qu'en 2012, il avait été jugé les avoir battus à "150%", grâce au rachat de Lucasfilm, la maison de production des films Star Wars, aux bons résultats du film Avengers et à l'ouverture d'un parc d'attractions sur le thème du dessin animé Cars. L'action de Disney se situe au plus haut depuis cinq ans, ayant clôturé à 73,28 dollars hier, en hausse de 1,22%.

Source lsa-conso.fr

Repost 0
25 décembre 2013 3 25 /12 /décembre /2013 18:58

"Viens Mickey, j'ai un cadeau pour toi..."

 

Joyeux Noël à tous et à toutes!

Cyril LAZARO

Représentant de la CNT Solidarité Ouvrière à Disneyland Paris

Repost 0
21 décembre 2013 6 21 /12 /décembre /2013 21:59

Pauvres salariés de Disneyland Paris.

Après les disparitions d'argent au Comité d'Entreprise (argent destiné aux salariés), voici les disparitions d'argent dans le cadre de Team Talent (programme qui était destiné à remotiver les salariés).

L'article ci-dessous issu du journal des camarades de FO en dit long sur cette entreprise qui dérive, dérive , dérive, et finira bien par s'échouer un jour.

Naturellement ce jour là la Direction dira que c'est la faute des salariés qui coûtent trop chers...

Mesdames et Messieurs de la Direction, ce n'est pas ainsi que vous vous ferez respecter par vos salariés, et je vous suggère de donner une formation à tous vos cadres dirigeants sur le sens du mot exemplarité.

Amitiés à tous et à toutes

Cyril LAZARO

Représentant du personnel CNT Solidarité Ouvrière de l'Disneyland Paris

 

TEAM-TALENT.jpg

Repost 0
20 décembre 2013 5 20 /12 /décembre /2013 19:33

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Si j'en crois ce qui m'a été rapporté, la Direction des affaires sociales de Disney a entretenu les organisations syndicales de l'entreprise, de la création de la CNT Solidarité Ouvrière, et les a informées de sa volonté de contester cette création sur le fond et sur la forme. Nul doute qu'elle a du également inviter "ses partenaires sociaux" à se joindre à la contestation.

Grand bien leur fasse, la CNT n'est pas opposée à un petit peu de publicité, et le tribunal peut être une très bonne opportunité.

Si la Direction a des choses à dire, la CNT en aura aussi, et nous verrons bien lequel des deux discours sera le plus convaincant.

Pour l'instant nous en sommes aux hors d'oeuvre, la suite sera bien plus gratinée!

Les salariés ont le droit de savoir ce qui se passe dans leur entreprise, ce qui se trame, ce qui se complote, ce qui les spolie d'un juste retour de leur investissement sur leur lieu de travail.

Dans les dessins animés, la souris adore jouer avec le chat, dans la vraie vie, c'est le chat qui mange la souris!

Amitiés à tous et à toutes

Cyril LAZARO

Représentant de la CNT Solidarité Ouvrière à Disneyland Paris

Repost 0
15 décembre 2013 7 15 /12 /décembre /2013 16:00

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Bonjour Cyril. L'actualité est toujours riche à Disneyland Paris, alors où en est-on après la divulgation du rapport de l'Institut du Travail sur les organisations syndicales de l'entreprise, rapport qui relèguait les représentants syndicaux de l'entreprise au rang d' "analphabètes", selon les dires de la responsable CFDT de l'entreprise?

C'est un bien triste constat, mais c'est un constat réaliste. Le faible niveau des organisations syndicales de l'entreprise a été façonné au fil du temps par la Direction de l'entreprise, et l'on pourrait faire fi de ce bilan si les luttes syndicales nécessaires étaient menées avec le coeur et dans l'intérêt des salariés. Malheureusement, le bilan de l'Institut supérieur du Travail mentionne aussi les querelles intestines, le culte du chef, et si l'on rajoute à cela les malversations du Comité d'Entreprise, il est évident que les salariés n'ont plus grand chose à attendre de leurs représentants et de leurs organisations syndicales.

Tu as milité ces 4 dernières années à la CGT, tout d'abord pourquoi, et quel enseignement en tires-tu?

Après avoir analysé le fonctionnement de l'entreprise, il me semblait évident que le changement ne pouvait se faire qu'en changeant la représentation CGT de Disney, empêtrée dans le scandale des malversations du Comité d'Entreprise, et dont l'avocat de la CFDT avait déclaré qu'elle était devenue le supplétif de la Direction, ce en quoi il avait parfaitement raison. J'ai donc essayé de changer les choses de l'intérieur, soutenu par de nombreux camarades à l'extérieur que je salue, mais le fonctionnement structurel de la CGT n'a pas permis d'aboutir. Lorsque vous avez une Fédération du Commerce dont dépend le syndicat de Disney qui prend fait et cause en faveur des représentants de Disney (qui sont eux mêmes élus à la Fédération du Commerce), il n'y a pas de possibilité de changement. C'est une façon de verrouiller les choses qui me semble illogique, mais je crois que ce n'est plus le bon sens qui détermine le paysage syndical actuel, et on n'est plus à un non sens près.

Tu as donc décidé de créer la CNT à Disneyland Paris...

Tout à fait. Nous sommes à un an des élections professionnelles dans l'entreprise, et je crois que les salariés sont en droit d'avoir une représentation syndicale plus conforme à leurs intérêts.

Pourquoi penses-tu que la création d'une nouvelle section syndicale puisse changer les chose?

Je ne le pense pas, je l'espère, ce qui est très différent. La création de la CNT va offrir aux salariés de Disneyland Paris la possibilité de se positionner différemment, et de ne pas être dans l'obligation de reconduire une fois de plus les mêmes pour les représenter. La CNT a l'avantage de ne porter aucune casserole, de pouvoir se construire sur des bases saines, et de jouer un vrai rôle dans les mois à venir sur le plan des revendications.

Comment la Direction de Disney va-t-elle percevoir la venue de ce nouveau syndicat dans le paysage déjà chargé en termes d'organisations syndicales?

La Direction le prendra comme elle veut. Je ne m'attends pas à ce que nous soyons accueillis à bras ouverts. La Direction a pris son rythme de croisière avec des organisations syndicales qui ne sont pas au niveau, la création de la CNT ne peut donc que la déranger, mais au-delà du bon vouloir de l'employeur, il y a tout de même l'intérêt des salariés qui reste la priorité, même si nombre d'organisations syndicales de l'entreprise l'ont oublié. La CNT sera là pour le rappeler, et que l'employeur le veuille ou non, il ne pourra pas s'opposer à la création de ce nouveau syndicat dans l'entreprise, surtout dans le climat actuel. Vouloir faire barrage à la création de la CNT reviendrait à confirmer que l'employeur entend choisir ses "partenaires sociaux", et vu le bilan de cette collaboration, il vaudrait sans doute mieux ne pas l'étaler une fois de plus devant les tribunaux et la presse.

Que pensent les camarades qui t'accompagnent dans cette aventure?

Certains ont déjà eu une expérience syndicale au sein de l'entreprise, d'autres découvrent cet univers, mais ils en ont tous marre de se faire spolier par des accords qui font que depuis une dizaine d'année la régression est constante pour les salariés en termes de flexibilité, de polyvalence, de reconnaissance salariale... Tous les accords vont uniquement dans le sens de l'employeur et nous faisons tous le même constat, sur le terrain les salariés n'en peuvent plus et aspirent à retrouver un équilibre qui leur permette au minimum de pouvoir organiser leur vie familiale sainement. Les changements d'horaires, de shifts, de locations, de jobs, Disney ne respecte plus rien. L'optimisation du temps de travail prônée par l'employeur se transforme peu à peu en esclavage pour les salariés, et ceux qui osent dire non se retrouvent mis au rang des salariés indésirables et sont poussés vers la porte. Cela ne peut plus durer ainsi, et puisque les organisations syndicales peuplées de permanents déconnectés de la réalité du terrain ne disent rien, la CNT le dira haut et fort. On verra bien si les salariés adhèreront à ce projet de changement qui vise à leur redonner un droit de parole au sein de l'entreprise.

Cela s'annonce donc très compliqué en apparence...

Oui et non. Les grands changements surviennent toujours de la volonté d'un petit nombre à le provoquer. Si les salariés retrouvent une petite lueur d'espoir, la Direction de l'entreprise devra en tenir compte. Si tel n'est pas le cas, Disney continuera à mener une politique du tout pour les uns, rien pour les autres.

A titre individuel, qu'est-ce que cela va t'apporter?

Du travail supplémentaire. Cela fait des années que je milite et ce ne sera qu'un combat de plus. Les camarades de la CNT me semblent très motivés pour m'accompagner dans cette nouvelle lutte, et aujourd'hui, il semble normal que les salariés se tournent vers un syndicalisme pus combatif, plus radical aussi, car en face de nous le patronat ne cesse de grignoter nos acquis, et les grosses structures syndicales ne jouent plus le même rôle qu'auparavant, à croire que le fait qu'il y ait un gouvernement de gauche les inhibe. Il appartient donc aux travailleurs de se tourner vers d'autres formes de militantisme et d'essayer d'apporter de nouvelles solutions à cette "crise" qui est très loin d'être finie puisque toutes les mesures qui sont prises sur le plan national vont nous entraîner pendant des dizaines d'années sur la voie du recul social, et que les mesures qui seront prises demain enfonceront le clou davantage...

Je te remercie Cyril pour ton analyse de la situation sans langue de bois, et bonne chance pour l'avenir

Merci à vous.

 

Amitiés à tous et à toutes

Cyril LAZARO

Représentant de la CNT à Disneyland Paris

Repost 0
12 décembre 2013 4 12 /12 /décembre /2013 19:04

Le ridicule ne tue pas, fort heureusement, car les "partenaires sociaux" (terme cher à la Direction de Disneyland Paris), n'en finissent pas de faire rigoler le monde syndical et social depuis la parution du rapport de l'Institut Supérieur du Travail.

Lorsque sortira le volet des malversations du Comité d'Entreprise, nous aurons la cerise sur le gâteau...

Cette gestion de patachon du dialogue social dans l'entreprise va devenir la risée du syndicalisme français à la sauce américaine.

Ce n'est pas faute d'avoir alerté à de multiples reprises et proposé de nombreuses portes de sortie. Il faut se rendre à l'évidence, ce bilan catastrophique convient parfaitement à la Direction de l'Entreprise, qui se gargarise de faire signer des accords à tire larigot.

Cela ne trompe personne, et les accords au moins disant se succèdent pour le plus grand malheur des salariés.

Dois-je rappeler que cette année encore les salariés ne toucheront pas de prime de fin d'année, suite à un accord signé par les "partenaires sociaux"?

Que l'Entreprise continue donc de foncer droit dans le mur en chantant "il en faut peu pour être heureux", la réalité du non traitement des vrais problèmes la rattrapera tôt ou tard.

Amitiés à tous et à toutes

Cyril LAZARO

Un rapport de l’institut Supérieur du Travail pointe le faible niveau de compétences des élus du personnel de Disney.

 

Le Parisien : Le 4 décembre 2013

 

« A force de nivellement par le bas, la direction a obtenu ce qu’elle voulait » déclare un syndicaliste

 

« Les compétences des partenaires sociaux […] ne correspondent pas à ce que la direction peut attendre d’une entreprise comme Euro Disney » : ce verdict sans appel est extrait d’un rapport commandé à l’Institut supérieur du travail (IST) par le parc d’attractions.

 

Le but affiché de cette surprenante enquête née d’une volonté commune de la direction et des syndicats: améliorer le dialogue social « par le renforcement des compétences » des syndicalistes.

 

Se fondant sur les entretiens anonymes réalisés auprès de 54 représentants du personnel, le rapport, que nous nous sommes procuré, pointe la mésentente entre syndicats ou les motivations de certains élus, l’un d’eux avouant carrément ne rien attendre « du mandat d’élu CE (NDLR : comité d’entreprise). C’est juste un moyen de contrôle de l’entreprise ».    


 

                         tumblr mkt183s4vu1qdoj20o1 500

                                                    Eurodisney: Il y aurait mésentente entre les syndicats

 

                                  

Cependant, l’aspect le plus saignant concerne « le faible niveau des représentants du personnel », dont la plupart ont « un niveau de culture générale très bas ». L’IST note « des problèmes d’expression, d’orthographe et de compréhension ». D’où les nombreux dysfonctionnements du dialogue social. Les élus du personnel se disent en difficulté face à la direction : « On a en face de nous des gens […] qui sont formés, alors que, nous, on est cuisiniers. »

 

Persuadé que, pour aborder des questions complexes comme les risques psychosociaux, il faut des « notions dépassant celles nécessaires pour discuter des salaires », Daniel Dreux, vice-président d’Euro Disney chargé des ressources humaines, indique que l’état des lieux dressé par l’IST débouchera sur la mise en place de formations individuelles jusqu’à la fin 2015.

 

Du côté des syndicats, Djamila Ouaz, déléguée CFDT, organisation majoritaire chez Euro Disney, se dit « scandalisée par ce torchon ». « L’auteur nous présente comme des analphabètes ! » A la CGT, on assure avoir déjà « mis l’accent sur la formation des élus » face à « la complexité de l’entreprise », qui présente « plus de 500 métiers ».


 

   disneyland-vintage-advertisement-1961

 

Pour Laurent Burazer, élu Unsa, ce rapport est un « écran de fumée » lancé par la direction, « pour ne pas régler les vrais problèmes ». Hervey Saumade, de FO, tempère : « Il faut accepter la critique, ce rapport offre un regard extérieur, il peut faire avancer les choses. »

 

Pour Pierre, élu du personnel, « ces résultats traduisent la triste vérité: nos syndicats sont incompétents », et il accuse la direction de ce nivellement par le bas. « Nos meilleurs représentants ont été virés ou découragés… » Là-dessus, Daniel Dreux rétorque qu’il n’y a eu qu’« un seul licenciement sur 450 élus pour un motif validé par l’inspection du travail ».

 

Nous laisserons la conclusion à Cyril Lazaro, syndicaliste chez Disney : « à force de nivellement vers le bas, la Direction a obtenu ce qu'elle voulait. Des syndicats aux ordres, signataires complaisants, déconnectés des réalités de l'entreprise et des salariés, et dont l'incompétence va s'étaler sur la place publique » peut-on lire sur son blog.

 

Lire l’article du « Parisien »



          

                                                           Eurodisney, une entreprise où il fait bon vivre

 

                      1969united-airlines-disneyland

 

Source parisculturesociale.over-blog.com

Repost 0
5 décembre 2013 4 05 /12 /décembre /2013 17:17

La médiocrité du dialogue social à Euro Disney disséquée dans un rapport

PARIS, 04 déc 2013 - Un comité d'entreprise relégué au rôle de "chambre d'enregistrement", des "luttes intestines" entre syndicats, une direction peu respectueuse: un rapport interne, commandé par la direction d'Euro Disney, prône une remise à plat du dialogue social dans l'entreprise.

Confié à l'Institut supérieur du travail (IST), ce rapport, dont fait état Le Parisien et obtenu mercredi par l'AFP, souligne le "climat extrêmement tendu" entre syndicats, et entre les organisations et la direction.

Ce constat, partagé des deux côtés, est d'ailleurs à l'origine de la mission confiée à l'IST qui a auditionné 54 représentants syndicaux au cours de l'été: les élus des différentes instances (CHSCT, CE) et les représentants des 7 syndicats (CFE-CGC, FO, CGT, CFDT, CFTC, Unsa et Sipe) du parc d'attraction.

Le rapport fait remonter les récriminations, nombreuses, des élus du personnel à l'encontre de l'entreprise. Le comité d'entreprise se plaint notamment de n'être qu'"une simple chambre d'enregistrement", avec des documents "transmis en séance" ou envoyés la veille.

En même temps, les syndicalistes "se rendent bien compte qu'ils ne sont pas suffisamment formés", souligne le rapport qui au passage critique le "faible niveau" d'orthographe de certains délégués.

"Un travail d'amélioration des relations sociales, de respect des acteurs (...) serait à proposer avant même de penser aux différentes actions de formation souhaitées par chacun", recommande au final l'auteur du rapport.

La responsable CFDT à Euro Disney, qui avait "accepté la démarche en espérant qu'elle aboutisse à une reconnaissance du parcours des militants", juge ce rapport de "parti pris" et déplore "l'absence de diagnostic sur les compétences d'en face".

"Nous n'avons pas que des Bac+, et alors' Nous avons des experts et un réseau qui nous ont permis de redresser les comptes du comité d'entreprise, quand même présidé par la direction", souligne Djamila Ouaz auprès de l'AFP.

Selon le rapport, Euro Disney se plaint des "mentalités des organisations syndicales, restées sur une logique revendicative en terme salarial ou de +toujours plus+" et aspire "à faire évoluer le climat social" et mener "des négociations plus proches de la raison économique de l'entreprise".

La déléguée CFDT s'insurge: "Le syndicalisme, c'est d'abord une action revendicative. Disney resort Paris se considère au-dessus de tout et veut dicter sa loi. Nous ne sommes pas d'accord".

A l'issue de ce rapport, "la seconde étape est d'organiser des formations pour faire monter en capacité les représentants syndicaux", a expliqué à l'AFP le directeur de l'IST qui affirme que "d'autres entreprises sont dans cette démarche de montée en compétences".

Selon un porte-parole de la direction d'Euro Disney, "le but de cette enquête est d'améliorer le dialogue social par le renforcement des compétences des syndicalistes". Elle est née d'une volonté commune de la direction et des syndicats", a-t-il précisé à l'AFP." "L'état des lieux qui est dressé par l'IST débouchera sur la mise en place de formations individuelles qui s'étendront jusqu'à fin 2015", a-t-il ajouté.

"Le dialogue social existe à Euro Disney. Nos accords vont toujours plus loin que ce qui est proposé par la législation comme le montrent les récents accords sur la parité hommes-femmes ou les contrats intergénérationnels", a assuré le porte-parole, soulignant que "depuis l'ouverture du parc en 1992, plus de 200 accords ont été signés".

Première destination touristique privée d'Europe, Disneyland Paris a reçu 14,9 millions de visiteurs durant l'exercice 2013 achevé fin septembre après avoir établi en 2012 un record avec 16 millions de visiteurs. Il emploie 14.500 personnes.

Source lentreprise.lexpress.fr

Repost 0
4 décembre 2013 3 04 /12 /décembre /2013 17:18

Un rapport égratigne les syndicalistes de Disney

Un rapport interne pointe le faible niveau de compétences et les problèmes d’orthographe des élus du personnel de Disney. La CFDT hurle au scandale.

 Chessy (Seine-et-Marne). Le climat social est souvent difficile chez Disney, ponctué de conflits comme ici, en avril 2012, sur des questions salariales.  

Chessy (Seine-et-Marne). Le climat social est souvent difficile chez Disney, ponctué de conflits comme ici, en avril 2012, sur des questions salariales.

Meaux (Seine-et-Marne)
« Les compétences des partenaires sociaux […] ne correspondent pas à ce que la direction peut attendre d’une entreprise comme Euro Disney » : ce verdict sans appel est extrait d’un rapport commandé à l’Institut supérieur du travail (IST) par le parc d’attractions.

Le but affiché de cette surprenante enquête née d’une volonté commune de la direction et des syndicats : améliorer le dialogue social « par le renforcement des compétences » des syndicalistes.

Se fondant sur les entretiens anonymes réalisés auprès de 54 représentants du personnel, le rapport, que nous nous sommes procuré, pointe la mésentente entre syndicats ou les motivations de certains élus, l’un d’eux avouant carrément ne rien attendre « du mandat d’élu CE (NDLR  : comité d’entreprise). C’est juste un moyen de contrôle de l’entreprise ».

Cependant, l’aspect le plus saignant concerne « le faible niveau des représentants du personnel », dont la plupart ont « un niveau de culture générale très bas ». L’IST note « des problèmes d’expression, d’orthographe et de compréhension ». D’où les nombreux dysfonctionnements du dialogue social. Les élus du personnel se disent en difficulté face à la direction : « On a en face de nous des gens […] qui sont formés, alors que, nous, on est cuisiniers. »

Des formations envisagées

Persuadé que, pour aborder des questions complexes comme les risques psychosociaux, il faut des « notions dépassant celles nécessaires pour discuter des salaires », Daniel Dreux, vice-président d’Euro Disney chargé des ressources humaines, indique que l’état des lieux dressé par l’IST débouchera sur la mise en place de formations individuelles jusqu’à la fin 2015.

Du côté des syndicats, Djamila Ouaz, déléguée CFDT, organisation majoritaire chez Euro Disney, se dit « scandalisée par ce torchon ». « L’auteur nous présente comme des analphabètes! » A la CGT, on assure avoir déjà « mis l’accent sur la formation des élus » face à « la complexité de l’entreprise », qui présente « plus de 500 métiers ». Pour Laurent Burazer, élu Unsa, ce rapport est un « écran de fumée » lancé par la direction, « pour ne pas régler les vrais problèmes ». Hervey Saumade, de FO, tempère : « Il faut accepter la critique, ce rapport offre un regard extérieur, il peut faire avancer les choses. »

Pour Pierre*, élu du personnel, « ces résultats traduisent la triste vérité : nos syndicats sont incompétents », et il accuse la direction de ce nivellement par le bas. « Nos meilleurs représentants ont été virés ou découragés… » Là-dessus, Daniel Dreux rétorque qu’il n’y a eu qu’« un seul licenciement sur 450 élus pour un motif validé par l’inspection du travail ».

 

* Le prénom a été changé.


Thomas Poupeau Source leparisien.fr

Repost 0
30 novembre 2013 6 30 /11 /novembre /2013 11:21

La Direction de Disneyland Paris a souhaité faire un audit sur les organisations syndicales afin d' "améliorer" la qualité du dialogue social. Le but étant de déterminer les quelques lacunes des responsables syndicaux de l'entreprise et de déterminer les formations les plus adaptées pour réhausser la qualité des échanges autour de la table de négociation.

Je ne vais pas épiloguer sur les "pourquoi" et les "comment" qui entourent cette démarche. Ce qui m'a sauté aux yeux, c'est le constat désastreux qui en ressort (voir ci dessous 2 extraits du rapport de restitution de l'audit).

A force de nivellement vers le bas, la Direction a obtenu ce qu'elle voulait. Des syndicats aux ordres, signataires complaisants, déconnectés des réalités de l'entreprise et des salariés, et dont l'incompétence va s'étaler sur la place publique.

Je n'ai personnellement aucune surprise tout comme les lecteurs assidus de ce blog face à ce constat, si ce n'est que la réalité actée par l'Institut supérieur du Travail dépasse mes prédictions les plus pessimistes.

Triste bilan d'un échec social avéré, englué dans des malversations diverses et variées qui ne sont toujours pas jugées, tout le contraire de ce que méritent les salariés de l'entreprise qui bossent de plus en plus et se font taper dessus pour des motifs de plus en plus légers, le dernier en date étant l'utilisation du téléphone portable dont l'interdiction a été promulguée par certains chefs d'établissements au zèle douteux.

Place aux deux extraits de cet audit dont je me demande si la lecture attriste ou réjouit la Direction de Disneyland Paris.

Quant aux instances syndicales qui supervisent la vie syndicale de l'entreprise, je leur rappelle que Disneyland Paris, ce sont 14 000 salariés dont 18% de cadres... de quoi réfléchir!

Je tiens à préciser en conclusion le respect que je maintiens vis à vis de certains camarades qui se reconnaîtront, qui par une dépense d'énergie phénoménale essayent de compenser par leur véritable engagement le désert social qu'est devenu Disneyland Paris. Malheureusement, leur minuscule nombre ne dépasse pas les doigts de la main...

Amitiés à tous et à toutes

Cyril LAZARO

 

Restitution-des-entretiens-octobre-2013.jpg

Restitution-orale-OS-entretiens-euro-disney-octobre-2013.jpg

Repost 0
29 novembre 2013 5 29 /11 /novembre /2013 23:38

cnt.jpg

Repost 0

Présentation

  • : Le blog de Cyril LAZARO
  • Le blog de Cyril LAZARO
  • : Le blog d'un militant syndicaliste en lutte pour plus de justice sociale à Disneyland Paris. Réflexions, revendications, humour et amitiés
  • Contact

Carte visiteurs blog

Recherche

Nombre de visiteurs

Nombre de pages vues