Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
14 novembre 2009 6 14 /11 /novembre /2009 20:34
Voici un commentaire reçu ce jour qui a retenu l'attention des vieux cons.
Connaissant la situation financière difficile de notre entreprise (55 millions d'euros de pertes, nous le rappelons), les vieux cons se convertissent en agents de voyage bénévoles sur leur temps libre.
Faut quand même pas exagérer, la Direction a beau compter sur ses salariés, les vieux cons ne vont pas remonter le chiffre d'affaires de l'entreprise tous seuls en faisant le travail des syndicats, du marketing et des publicitaires, plus les réservations.
Les vieux cons demandent donc à la Direction de Disneyland Paris de bosser un petit peu, juste manière que l'on ne se sente pas les seuls à travailler pour sauver l'entreprise.
Les vieux cons

Bonjour, où puis-je trouver le programme avec les horaires des spectacles parades... pour qu'on puisse préparer au mieux notre séjour. Merci de votre attention. Si vous l'envoyez par mail au gege2602@hotmail.fr
Commentaire n°4 posté par Gégé aujourd'hui à 15h18

Bonsoir,
Je vous conseille 2 sites pouvant répondre à vos attentes :
http://visiter.disneylandparis.fr/
http://www.dlrp.fr/index.php
Je pense  que vous devriez y trouver votre bonheur.
Vous pouvez également taper disneyland paris sur google.
Amitiés
Cyril LAZARO
Réponse de Cyril LAZARO aujourd'hui à 20h20
Repost 0
14 novembre 2009 6 14 /11 /novembre /2009 11:07
                                                            "Les chiffres à Disney, c'est un mystère permanent"


- Alors Manu, tu as vu que notre entreprise perd du pognon?
- Ouais, 55 millions pour la Direction et seulement 300 000 ou 400 000 euros pour le Comité d'Entreprise.
- Oui, mais pour le Comité d'Entreprise, ce n'est pas une perte, c'est une disparition (si l'on en croit la presse)...
- Ouais, mais le résultat est le même, c'est de l'argent que ne verront pas les salariés.
- D'accord, mais on peut penser qu'au Comité d'Entreprise, cet argent n'a peut-être pas disparu pour tout le monde, contrairement aux 55 millions de la Direction qui eux plombent carrément les comptes.
- Ouais, mais pour avoir des certitudes, il serait intéressant que tous les deux ans il y ait au moins un audit des comptes organisé de manière totalement indépendant, de telle manière que l'on soit assuré que tout ce que l'on entend soit bien réel, et non pas de l'écriture comptable. Les chiffres sur le papier, c'est trop compliqué, et tout le monde dit qu'on leur fait dire ce que l'on veut.
- Mais il y a tout de même des règles à respecter. On se doit d'apporter un certain crédit aux comptes de l'entreprise ou alors on ne peut plus faire confiance à personne.
- Ouais, mais prends l'exemple des banques. Avant la crise tout le monde croyait que tout allait bien, et qu'en matière de gestion il ne pouvait rien y avoir de plus sûr que les banques... et à l'arrivée....
- Tu marques un point. Vu comme ça, il est clair qu'il faut sans doute être moins naïf que ce que nous sommes.
- Et pour le Comité d'Entreprise, c'est pareil. Un bon audit tous les deux ans, ce devrait être obligatoire.
- Qu'est-ce que tu penses du calme de la Direction vis à vis des comptes du CE.
- Si l'on en croit les journaux, le Comité d'Entreprise aurait vu disparaître 300 ou 400 000 euros sur trois ans. Pour la Direction, c'est  "peanuts". C'est ce que l'entreprise perd actuellement en 2 ou 3 jours.
- C'est vrai que vu comme ça, les pertes du Comité d'Entreprise, il n'y a pas de quoi fouetter un chat.
- En revanche, ce qui est sûr, c'est qu'il y a eu plus de visiteurs cette année à Disneyland Paris, et donc plus de travail pour les salariés.
- Tu veux dire que nous allons être récompensés pour nos efforts.
- C'est pas évident, vu les pertes financières, mais s'il n'y a pas de bonus cette année pour l'encadrement, une petite prime de fin d'année pour tous, ce ne serait pas si mal...
- A condition que la grippette ne vienne pas pointer le bout de son nez.
- Evidemment. Il ne manquerait plus que la grippette pendant les fêtes de fin d'année. Alors là, ce serait une catastrophe.
- N'anticipons pas avec de noirs desseins, restons optimistes, il vaut mieux.
- Ouais, surtout qu'en 2012 ce sera la fin du monde.
- Arrête tes conneries.
- Mais je ne déconne pas, il ya plein d'articles sur internet qui disent que l'on va tous crever.
- N'importe quoi!
- Non, c'est vrai! Aujourd'hui, il y a plus que ça : le suicide au travail, la mort avec la grippette, les maladies incurables avec la vaccination, et la fin du monde pour 2012.
- Hé ben c'est pas gai tout ça.
- Ouais, c'est pour ça qu'il faut dire à la Direction que ce serait bien une petite prime à la fin de l'année, juste manière qu'on puisse réveillonner un petit peu et faire la fête.
- Whaou, si avec tous les arguments que tu viens de donner, les syndicats de Disney n'arrivent pas à nous décrocher quelque chose dans les négos, c'est qu'ils sont mauvais, ou que la Direction de Disneyland Paris n'a pas de coeur.
- Ca c'est pas possible Cyril, la Direction a un coeur, rappelle toi que le SDVC lui a décerné hier le prix de la gentillesse (Les vieux cons de Disney décernent le prix de la gentillesse à la Direction de Disneyland Paris ).
- C'est vrai, j'avais oublié. Alors on demande combien en prime, 200, 300 euros?

Les vieux cons
Repost 0
13 novembre 2009 5 13 /11 /novembre /2009 19:49
                                                                     "Cette année, il n'y a pas photo"


Après avoir longuement délibéré sur la remise du prix de la gentillesse 2009, ce vendredi 13 novembre, les vieux cons ont décidé de décerner ce prix honorifique à leur employeur.
En effet, après avoir annoncé une perte de 55 millions d'euros, soit l'équivalent de 150 000 euros de pertes par jour, notre employeur continue de nous verser notre salaire complet.
Les vieux cons tenaient à saluer comme il se doit ce geste rarissime de la part du patronat par les temps qui courent.
Se reconnaitront ceux qui le voudront.

Les vieux cons du seul et unique SDVC (syndicat des vieux cons)
Repost 0
11 novembre 2009 3 11 /11 /novembre /2009 18:41
Veuillez suivre le lien de l'article du jour du parisien sur le comité d'entreprise de Disneyland Paris.
La magie a de nouveau opéré, et le comité d'entreprise que l'on croyait perdu dans la tempête et prêt à sombrer corps et âme s'est de nouveau fait une santé et repart avec un nouvel équilibrage syndical pour établir un cahier des charges quant à l'audit des comptes qui devrait survenir de manière imminente.

Article-Parisien-11.11.09.pdf Article-Parisien-11.11.09.pdf
Repost 0
9 novembre 2009 1 09 /11 /novembre /2009 18:40
J'ai reçu ce commentaire qui m'a interpelé au point d'en faire un article. Tout l'intérêt vient du fait que cette analyse vient totalement de l'extérieur de Disney et que la personne qui a écrit ce commentaire a été syndicaliste elle même et donne une vision que l'on ne peut avoir qu'avec un certain recul, lié au fait que cette personne ne connaît pas les personnes de Disneyland Paris.
L'avenir apportera les réponses aux hypothèses soulevées, et le fait de mettre ces hypothèses au vu de tous permettra à chacun d'apprécier la pertinence de celles-ci.
Pour ma part je ne les commenterai pas, laissant le soin aux vieux cons de Disney de le faire avec beaucoup plus d'à propos que je ne saurai le faire moi-même, en temps opportun.
Amitiés aux camarades syndicalistes de Disneyland Paris qui liront ce texte et bonne méditation, car cette analyse, plus je la lis, plus elle m'interpelle.
Cyril LAZARO

J'ai lu tes derniers articles sur Disney et notamment les problèmes qu'auraient le comité d'entreprise.
Fo a porté plainte contre X, joue les révolutionnaires sur leur site, genre opération main propre...En fait je pense que ta direction a laché la cgt et ceux qui cogèrent ce comité d'entreprise et qu'ils ont passé un accord avec ...FO ! Raison pour laquelle ils t'ont démandaté; il est plus facile d'être majoritaire et représentatif avec des facilités patronales qu'en étant dans l'opposition systématique car là on te met des batons dans les roues. D'ailleurs tu remarqueras qu'ils ont mis le paquet en terme de visibilité syndicale en plus de leur blog il y a la visite de JC Mailly et de "hauts gradés" de FO...c'est que l'enjeu de la représentativité et de la regle des 10 % est importante et qu'ils espèrent l'obtenir plus facilement avec une ligne consensuelle. En attendant et avant les élections pro qui se tiendront bientôt dans ton entreprise ils ne perdent rien à jouer ou faire semblant d'être des syndicalistes. Dons inutile de taper sur la cgt disney ils sont foutus et lachés par la direction. Tu verras que le futur syndicat pro direction sera peut- être FO !
Patricia http://alternativesocialelibre.over-blog.com/
Repost 0
6 novembre 2009 5 06 /11 /novembre /2009 17:39
Euro Disney
La direction soupçonnait des anomalies au CE

Des budgets en déficit régulier depuis 2006, des milliers d'euros disparus dans les comptes de la billetterie...
La gestion financière du comité d'entreprise d'Euro Disney ces dernières années aurait de quoi faire tiquer plus d'un patron. La Direction de l'entreprise qui gère les parcs et hôtels de Disneyland Paris n'a pas fait exception. Dans deux lettres envoyées en novembre 2005 à Touhami Hadi, alors secrétaire CFTC du CE, Daniel Dreux, le directeur des ressources humaines d'Euro Disney pointait déjà un "laxisme dans l'application des dispositions votées" par le comité.
Le DRH y déplorait n'avoir reçu "aucun rapport d'activité écrit" de la part du trésorier concernant "l'utilisation des fonds" du CE. Cette instance dispose d'un budget de 2,5 millions d'euros par an. En clair, la destination précise des budgets du CE était inconnue de la direction... qui pourtant finançait son fonctionnement. Contacté par téléphone, l'ex-secrétaire assure que "les lignes budgétaires étaient présentées trimestriellement au comité par le trésorier".
Reste que les courriers du DRH pointaient un fonctionnement pour le moins opaque à la tête du CE. A commencer par la décision du secrétaire de changer de banque en juillet 2005 sans avoir consulté ni la direction de Disney ni les autres membres du comité. De même, contrairement au règlement, ces derniers n'étaient pas informés de la "correspondance reçue ou expédiée" par le secrétaire du CE.

Un ex-salarié évoque des manipulations comptables

Des zones d'ombre qui n'ont pas porté atteinte à sa carrière syndicale; Touhami Hadi est aujourd'hui inscrit au Syndicat indépendant du personnel (SIP) proche de la direction, et toujours membre du comité d'entreprise. Ces mauvaises pratiques ont-elles cessé depuis qu'il a quitté, en 2006, la tête du CE? Pas vraiment, à en juger par le récent témoignage d'un ex-salarié évoquant des manipulations comptables sur la billetterie du CE ces trois dernières années. Contactée, la direction n'a "pas souhaité s'exprimer sur une affaire judiciaire en cours." Ex-secrétaire du CE (CFTC) entre 2003 et 2005, Alain Lauden avait déjà porté plainte en 2001 pour dénoncer des détournements de fonds dans les caisses du CE. Un dossier en cours d'instruction. Pour lui, de telles pratiques sont "hélas logiques, et ne risquent pas de cesser". "On parle de gens qui gagnent 1000 euros par mois, amenés à gérer des sommes de plusieurs millions d'euros, en contact directement avec les fournisseurs. Comment voulez-vous qu'ils ne soient pas tentés?"
Pour le syndicaliste, aujord'hui à la tête de la fédération CFTC Spectacle, la direction "préfère fermer les yeux tant que les membres du CE évitent de demander des analyses économiques à l'entreprise". Une pratique en effet abandonnée par le comité d'entreprise depuis 2006...
Aurélien Perol
Source leparisien.fr
Repost 0
31 octobre 2009 6 31 /10 /octobre /2009 18:31

                                                      "Résultats des comptes, accord anti pandémie non signé,
                                                             possibles malversations au comité d'entreprise......
                            Le SDVC vous demande de vous arrêter, vous allez finir par stresser notre Direction"


- Alors Manu, tu as vu, c'est Halloween et Disneyland Paris s'amuse à se faire peur.
- Ca pour sûr, la Direction doit en avoir plein la citrouille.
- Pourtant, comme d'habitude rien ne semble bouger...
- Sans doute le calme avant la tempête.
- Comment analyses-tu la non signature de l'accord anti pandémie?
- C'était un accord maison fait pour être signé par des syndicats maisons.
- Et dire que nous avions préparé un plan de com avec la presse... quel dommage!
- Ouais, mais ce n'est que partie remise. Des mauvais accords, il y en aura d'autres...
- Tu crois?
- C'est sûr. La Direction va devoir reprendre son partenariat fusionnel, et pour cela elle va devoir reprendre quelques fondamentaux.
- Lesquels?
- Tout d'abord remettre à la tête des syndicats des partenaires dignes de ce nom.
- Tu veux dire des bons syndicalistes?
- Pas du tout!!! Des signataires, c'est tout ce qu'elle demande la Direction. Après, le syndicalisme, comme nous le démontrons tous les jours sur ce modeste blog, ce n'est que du virtuel... surtout à Disneyland Paris.
- Donc tu penses que des têtes syndicales vont tomber?
- Non. La Direction va se contenter de leur faire peur afin de les rappeler à l'ordre.
- C'est vrai que là ça fait vraiment désordre.
- Ouais, tout allait bien dans le petit monde de Disney, mais il y a le SDVC qui n'arrête pas de dénoncer ce qui se passe. Ca, c'est très pénible pour la Direction.
- Attends, je ne suis pas d'accord. Ce n'est pas le syndicat des vieux cons qui a porté plainte contre X pour escroquerie et malversations au Comité d'Entreprise.
- Ouais, mais ça, la Direction elle s'en fout. Elle, ce qu'elle veut, ce sont des accords signés, et surtout que ces accords restent confinés entre syndicats et Direction, du style "petit crime entre amis".
- Et les salariés.
- Les salariés? La Direction ne leur demande pas de comprendre mais d'appliquer...
- Mais c'est quand même logique que les organisations syndicales informent les salariés de ce qui se passe en négociation, c'est le minimum?
- Ouais, mais ça, ça n'arrange pas la Direction... Cela permet à des vieux cons d'ouvrir leur gueule et de traduire à tous le contenu des accords.
- Tu crois qu'on gêne?
- Je ne crois pas, j'en suis sûr. Bon, d'un autre côté, les koalas, les chatons et autres perroquets, ça les fait bien rigoler au moment de la pause café, mais dans le fond, la Direction n'arrive pas à avoir la main mise sur ce petit truc qui est certes virtuel, mais tellement réel en même temps.
- Tu veux dire que l'on empêche le partenariat fusionnel de se développer comme il se doit et de porter tous ses fruits.
- C'est ça, nous sommes une sorte de petit grain de sable qui détraque toute la machine.
- Mais c'est terrible!!!
- Ouais c'est affreux...
- Non, quand je dis c'est terrible, je voulais dire c'est super chouette.
- Ah, je ne l'avais pas compris comme ça.
- Alors, tu crois que notre Direction est stressée en ce moment?
- Sans son partenariat fusionnel, cela va devenir de plus en plus difficile pour elle.
- Alors qu'est-ce qu'elle va faire?
- Je ne vois qu'une solution que nous avons déjà énoncé auparavant. La Direction négocie les accords avec les vieux cons de Disney et les soumet ensuite à la signature des organisations syndicales.
- Tu déconnes?
- Naturellement que je déconne. Il n'empêche que ce ne serait sans doute pas plus mal pour les salariés...

Les vieux cons

Repost 0
30 octobre 2009 5 30 /10 /octobre /2009 17:50
Repost 0
30 octobre 2009 5 30 /10 /octobre /2009 17:31

30 octobre 2009

Malversations au Comité d’entreprise

 

La CFTC s’était élevé contre le projet d’accord atypique qui avait pour objet d’augmenter la subvention du budget des œuvres sociales et culturelles du comité d’entreprise : à l’époque, les élus de la section CFTC jugeaient qu'une augmentation ne nécessitait pas la rédaction d'un accord atypique. Certains élus CFTC avaient l'impression que ces sommes allaient rectifier des erreurs de gestion dans les budgets du comité d’entreprise. Les élus CFTC se souviennent de la candeur exprimé par le secrétaire du comité d’entreprise, lors de la présentation des comptes du comité d’entreprise par la représentante du cabinet comptable ACECOM : «… Il se peut que le chéquier du compte du budget de fonctionnement ait été utilisé par erreur pour alimenter des dépenses liées au budget des œuvres sociales…« . La CFTC convient que le budget alloué au comité d’entreprise par la direction -qui est en fait le montant de subvention tel que défini par le code du travail – est insuffisant au regard des effectifs présents dans l’entreprise. La CFTC par le passé n’avait pas hésité à interpeller la direction sur une possible augmentation du budget des œuvres sociales et culturelles et avait essuyé un refus de la part de la direction. La CFTC avait également interpellé le secrétaire du comité d’entreprise sur le manque de cohérence des budgets prévisionnels présentés par le trésorier du comité d’entreprise aux membres de l’institution. Les élus CGT et CFE-CGC se sont toujours contentés de mettre en avant la « supposé mauvaise foi » des questions posées, et ont pu ainsi éviter dans le temps, d’apporter de vraies réponses aux demandes des élus CFTC.

La CFTC ne peut que rappeler qu’étant première organisation syndicale au sein de l’entreprise, les élus CFTC ont été délibérément tenu à l’écart du bureau du comité d’entreprise. L’alliance CGT/CFE-CGC a grandement œuvré pour que cet état de fait existe : rappelons que l’alliance a été aidée par la traîtrise de deux élus CFTC sous le regard songeur de la direction. Les adhérents CFTC et anciens représentants CFTC n’ont aucun mal à se remémorer les fois où les fonds du comité d’entreprise ont fait l’objet de malversations : le hasard fait que la CGT était en charge du bureau du comité d’entreprise. Certains élus CFTC ne peuvent oublier le fait qu’une affaire en justice a été entamée, il y a 7 ans. L’affaire suit toujours son cours. Ceci, malgré le fait que le principal protagoniste avait fait des aveux à la brigade financière. Après les faits, le salarié avait été affecté à un poste dans l’entreprise, malgré les procédures judiciaires entamées contre sa personne. A l’époque, les élus CFTC, avaient été surpris de constater la complaisance de la direction sur le sujet. A ce jour, les élus CFTC, ne peuvent que constater une certaine complaisance à l’égard du bureau de la part de la direction.


La CFTC avait demandé à plusieurs reprises au président et au secrétaire du comité d’entreprise un audit des comptes de l’entreprise, ainsi que de plus amples explications sur les budgets du comité d’entreprise. Les élus CGT/CFE-CGC s’étaient opposés en chœur à cette demande répondant au souhait de la direction. Etait-ce un crime de lèse-majesté ? Au regard de l’article sorti mardi dernier dans Le Parisien et des informations parvenues à la section syndicale, les élus CFTC se posent toujours les mêmes questions et ne peuvent plus se contenter des réponses évasives des élus du bureau issus de l’alliance CGT/CFE-CGC et de la direction.

 

Repost 0
29 octobre 2009 4 29 /10 /octobre /2009 21:37
                  Le SDVC au grand complet, groupuscule à côté duquel l'ultra gauche fait figure d'enfants de choeurs.


Ce soir, chers amis lecteurs, est un soir de révélations, un soir qui commence dès la tombée du jour et qui se terminera par le lever du soleil.
Le SDVC a laissé sur la table de la rédaction de Rue Belle 77 un calepin avec des noms et des chiffres. Est-ce un code secret, une liste de malversations avec le nom des commanditaires, des pots de vin ou autres méfaits ...?
Mes mains tremblent, amis lecteurs, face aux révélations qui peuvent sortir de ce simple carnet de notes, et pourtant je sais que je dois livrer ces informations, afin que toute la Vérité éclate....
D'un côté des noms, de l'autre, des montants à 10 chiffres, un peu comme...............
S'il vous plait, coupez, c'est un des vieux cons qui a oublié son calepin téléphonique. Mais qu'est-ce qu'ils sont cons!
Je croyais tenir un scoop et voilà, ils me font passer moi aussi pour un con...
Tant pis, en tant que grand journaliste je vais me lancer et travailler sans filet.

Cet après midi, dans les locaux de Rue Belle 77, les vieux cons de Disneyland Paris ont accepté de faire un entretien sur la situation sociale de Disneyland Paris.

Sur l'accord anti pandémie qui a été signé par une seule organisation syndicale et qui n'est donc pas applicable et ne sera pas appliqué dans l'entreprise, les vieux cons ont précisé que : "cet accord est  la preuve d'un manque de dialogue social, et que la plus grosse déception concerne le manque de contre propositions syndicales pouvant conduire à un accord équilibré. La Direction a tenu son rôle mais s'est trouvé confrontée à un problème insoluble, à savoir qu'elle devait faire l'effort de fournir les contre propositions en lieu et place des organisations syndicales, ce qui n'était pas de son ressort. La Direction a aussi pensé pouvoir compter sur des signatures habituelles qui pour une fois n'ont pas été au rendez-vous.
L'affaiblissement systématique des organisations syndicales en écartant les meilleurs éléments par divers moyens de pressions pouvant aller de la promotion au licenciement a conduit à une situation où le syndicalisme ne se tient plus autour de la table de négociation mais en dehors. Cette situation inédite se retourne aujourd'hui contre ceux qui l'ont instauré et le SDVC rappelle qu'il ne fera aucune proposition à la Direction sur un quelconque accord, estimant qu'il ne lui appartient pas de faire le travail de négociation à la place des organisations syndicales.
Sur l'accord anti pandémie de nombreuses contreparties en faveur des salariés auraient pu être obtenues et ne l'ont pas été, faute d'avoir été abordées.
L'ambition de la Direction d'étendre cet accord en fonction des besoins de l'entreprise au travers des notions d'absentéisme et de taux d'occupation ne pouvait pas s'obtenir sans entamer des réflexions plus larges sur la qualité des conditions de travail et d'évolution des salariés au travers d'expériences professionnelles qui peuvent être diversifiées mais qui se doivent d'être valorisantes pour les salariés et valorisées en termes de rémunération ou de responsabilités liées à un plan de carrière.
Ces réflexions ne pourront être évitées dans les mois à venir si la Direction continue dans sa logique d'optimisation de l'employabilité de ses salariés. A défaut, l'entreprise se privera d'une possibilité de dynamisation de son potentiel humain et stagnera dans les difficultés récurrentes qu'elle connaît : à savoir, vieillissement de la population et problèmes d'inaptitudes aux postes, démotivation, conflit entre jeunes salariés et anciens, etc...
En conclusion le SDVC continuera à dénoncer tout ce qui pourrait nuire aux salariés de Disneyland Paris, ce qui est le premier devoir de toute organisation syndicale responsable, même si le SDVC n'est que virtuel.

Concernant le scandale qui éclabousse le Comité d'Entreprise de Disneyland Paris, le SDVC s'interroge sur les conséquences immédiates quant à la gestion dudit Comité. En effet, le temps que toute cette affaire soit instruite, la mise sous tutelle de l'institution pourrait être intéressante sur le plan de la gestion afin de garantir un climat apaisé lors de futures délibérations qui pourraient s'avérer houleuses et d'assurer le maintien de prestations de qualité auprès des salariés. La mise en place d'un contrôleur de gestion peut aussi être une piste à explorer.
Il appartient naturellement et avant tout aux organisations syndicales de réfléchir sur le sujet, mais il est évident que la disparition de 300 à 400 000 euros telle que rapportée par la dépêche AFP du 27 octobre 2009 exige la prise de mesures rapides et conservatoires afin de ramener un rapport de confiance entre les salariés et l'institution.
Ces propositions ne reflètent naturellement que l'humble avis du SDVC, syndicat des vieux cons de Disneyland Paris et n'entend nullement se substituer aux délibérations et décisions qui seront prises par les organisations syndicales et la Direction dans le cadre de ce qui peut s'apparenter à une gestion de crise."

Suite à ces déclarations les deux membres du SDVC ont quitté les bureaux de Rue belle 77, en promettant de revenir très bientôt faire le point sur les suites de ces différents dossiers.

Lyric ORAZAL pour Rue Belle 77

Repost 0

Présentation

  • : Le blog de Cyril LAZARO
  • Le blog de Cyril LAZARO
  • : Le blog d'un militant syndicaliste en lutte pour plus de justice sociale à Disneyland Paris. Réflexions, revendications, humour et amitiés
  • Contact

Carte visiteurs blog

Recherche

Nombre de visiteurs

Nombre de pages vues